Bourse Zurich: le SMI clôture à la baisse, Nestlé à la peine après ses résultats

Zurich (awp) - La Bourse suisse s'est accordé un petit moment de répit jeudi après la poussée enregistrée la veille. L'indice SMI des valeurs vedettes a légèrement ployé sous le poids du mastodonte Nestlé et des grandes banques. Dans une journée résolument bien fournie en résultats d'entreprises, la performance de la multinationale veveysane a déçu les investisseurs. Les poids lourds pharmaceutiques Roche et Novartis, en revanche, ont soutenu l'indice phare de la place zurichoise.


Malgré le recul du SMI, la marque des 8500 points - son niveau du début de l'année - reste à portée de tir. L'ambiance favorable est portée par Wall Street, dont l'indice phare Dow Jones a conquis de nouveaux sommets suite à la publication de données conjoncturelles encourageantes.


Les observateurs commencent à se demander si les actions US ne se trouvent pas déjà dans une bulle, et si les déclarations tonitruantes du bouillonnant président Donald Trump, qui les ont récemment portées aux nues, vont être suivies de mesures concrètes.


Le Swiss Market Index (SMI) a bouclé la séance sur une baisse de 0,22% à 8467,52 points. Le Swiss Leader Index (SLI) a reculé de 0,27% à 1347,4 2points et l'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) s'est étiolé de 0,21% à 9272,15 points. Sur les 30 principales cotations, 18 ont terminé en baisse, onze en hausse et Richemont à l'équilibre.


Après avoir été relégué aux tréfonds du tableau des valeurs vedettes, Nestlé (-1,0%) après la publication de chiffres décevants et de perspectives hésitantes, a quelque peu repris du poil de la bête en fin de séance. La multinationale veveysane n'a pas comblé les attentes du marché en termes de croissance en 2016, et a douché les pronostics des analystes au niveau de la rentabilité. Pour faire bonne mesure, les perspectives de la nouvelle direction, sous la houlette de Mark Schneider, sont également décevantes. Elément positif: le dividende sera légèrement augmenté.


Clariant (-0,4%) s'est également bien remis des pertes essuyées en cours de séance, après la publication de résultats à peu près conformes aux attentes. Le dividende sera augmenté de 5 centimes à 0,45 CHF par action. La direction a par ailleurs confirmé les prévisions à moyen terme. Les analystes évoquent une performance mitigée. Selon les courtiers, l'action fait actuellement les frais de prises de bénéfices, après la poussée qu'a connu le cours depuis novembre.


UBS (-1,3%) et Credit Suisse (-1,7%) en revanche se sont enfoncées après des déclarations dans la presse d'un membre de la Réserve fédérale américaine (Fed) réclamant de nouvelles exigences réglementaires pour les établissements systémiques. Les deux géants bancaires helvétiques avaient jusqu'ici plutôt profité - à l'instar de l'ensemble du secteur - des promesses de déréglementation disséminées par le nouveau locataire de la Maison-Blanche.


Julius Bär (-0,4%) a vu sa note rabotée par Berenberg, alors que Citigroup a reconduit sa recommandation d'achat du titre et relevé son objectif de cours.


Parmi les quelques gagnants, la première marche du podium revient à Aryzta (+1,1%). Ces derniers jours, l'action du boulanger industriel s'était remise de sa dégringolade de janvier, dans le sillage du coup de balai à la direction. Swatch s'est offert 1,1% et Lonza 0,9%. Les poids lourds pharmaceutiques Novartis et Roche (+0,5% chacun) ont évité un recul plus marqué de l'ensemble du marché.


L'activité a été intense sur le marché élargi, où plusieurs sociétés ont présenté leurs résultats. Kudelski (-7,6%) accuse de lourdes pertes, après avoir désagréablement surpris les investisseurs en annonçant une rentabilité en baisse pour l'exercice en cours. Le fabricant d'implants dentaires Straumann (-2,4%) a également terminé la séance en baisse, malgré une bonne performance, supérieure même aux attentes des analystes. Les courtiers évoquent des prises de bénéfices.


Lem (-2,8%), la Banque cantonale vaudoise (-0,9%), Phoenix Mecano (-0,8%) et la Banque cantonale de Saint-Gall (-0,3%) ont fini dans le rouge. Leonteq (-7,1%) semble avoir les frais de l'abaissement de l'engagement de Credit Suisse, de 7,6% à moins de 3%.


mk/cp/buc/lk


(AWP / 16.02.2017 18h16)
News les plus lues