Eoliennes: sort incertain du parc du Schwyberg après l'admission d'un recours

Schwyberg (awp/ats) - Le projet de parc éolien du Schwyberg (FR) est sur le balan. La justice fribourgeoise a admis le recours de quatre organisations de protection de la nature, confirmant ainsi la décision du Tribunal fédéral (TF) de novembre dernier.


Le parc devrait compter neuf éoliennes de 140 mètres de hauteur et fournir 50 gigawattheures par an, ce qui équivaut à la consommation de 12'500 ménages. La Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions du canton de Fribourg (DAEC) avait donné son feu vert en 2012.


Dans un premier temps, le Tribunal cantonal fribourgeois avait lui aussi donné son aval. Il avait débouté Mountain Wilderness Suisse, Pro Natura, la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage, ainsi que l'Association suisse pour la protection des oiseaux.


Mais la haute instance ne l'a pas entendu de cette oreille. Le TF a admis les griefs de ces quatre organisations. Selon Mont Repos, compte tenu de ses incidences importantes sur l'espace et l'environnement, le parc éolien du Schwyberg doit avoir un fondement dans l'actuel plan directeur cantonal.


Il a donc renvoyé la copie au Tribunal cantonal. Ce dernier admet finalement le recours des quatre organisations et annule ainsi les décisions du DAEC concernant le parc éolien du Schwyberg, écrit-il dans son jugement publié jeudi.


PROTÉGER LE PAYSAGE ET LES ESPÈCES


La protection des intérêts du paysage, du biotope et des espèces devra être mieux prise en compte. Les charges et conditions formulées à cet égard par la DAEC pour la protection des oiseaux et des chauve-souris apparaissent en partie insuffisantes.


La balle est maintenant dans le camp des promoteurs et des communes: libres à eux de redemander un permis de construire ou de réviser leur plan de réaffection.


Selon le Tribunal cantonal, qui reprend l'argumentaire du TF, le projet apparaîtrait comme un corps étranger dans le paysage des Préalpes fribourgeoises. La protection du paysage devrait faire l'objet d'une attention accrue, en tenant compte notamment du fait que la région du Gantrisch présente un paysage de cultures d'une valeur particulière.


Après des années de procédure, le jeu de "ping-pong" pourrait donc se poursuivre. Les parties ont 30 jours pour faire recours contre cette décision auprès du Tribunal fédéral.


ats/buc


(AWP / 16.02.2017 19h26)
News les plus lues