Inde: Vodafone India et Idea Cellular fusionnent

Bombay - La branche indienne du géant des télécoms britannique Vodafone et l'opérateur indien Idea Cellular ont annoncé lundi leur fusion, formant ainsi le plus gros opérateur d'un secteur en pleine recomposition.

Cette annonce intervient sur fond de restructuration du très compétitif marché des télécoms indiennes suite à l'arrivée fracassante en septembre de l'opérateur Reliance Jio, soutenu par les poches profondes du magnat de l'industrie et homme le plus riche d'Inde Mukesh Ambani.

"Vodafone Group Plc et Idea Cellular ont annoncé aujourd'hui qu'ils sont parvenus à un accord pour fusionner leurs opérations en Inde", ont déclaré les deux entreprises dans un communiqué à la Bourse de Bombay.

Les deux compagnies avaient préalablement annoncé être en pourparlers pour une fusion. Vodafone détiendra 45,1% de cette nouvelle entité, contre 26% pour Idea, qui deviendra le leader du marché devant l'actuel numéro 1 Bharti Airtel.

Le duo devrait détenir en 2019-2020 43% des parts de marché, contre 33% pour Airtel et 13% pour Jio, selon la firme CLSA.

La nouvelle entreprise sera évaluée à 23,2 milliards de dollars, selon l'agence économique Bloomberg.

Avec des offres promotionnelles proposant des données et des appels gratuits, complétées de tarifs inférieurs au prix du marché, Jio a entraîné les opérateurs de téléphone mobile dans une guerre des prix destructrice.

Si les deux opérateurs feront des économies d'échelle, ils auront une forte pression pour baisser leurs tarifs, prévient Baburajan Kizhakedath, analyste du secteur.

"L'entité fusionnée n'aura pas les reins pour tenir la pression de Jio car Vodafone et Idea Cellular ne sont pas vus comme aussi agressifs que Jio et Bharti Airtel", a-t-il déclaré à l'AFP.

- Consolidation du marché -

Le secteur de la téléphonie mobile indien vit ces derniers mois au rythme des annonces de rachats, fusions ou désengagements. La compétition engagée par Jio oblige ses concurrents à se consolider ou à jeter l'éponge.

En 2010, une dizaine d'opérateurs se partageaient le gâteau du gigantesque marché mobile de l'Inde, pays de 1,25 milliard d'habitants. Sept ans plus tard à peine, ils ne seront donc bientôt plus que quatre.

Dernier en date à avoir fait ses valises: la multinationale norvégienne Telenor qui a revendu ses activités indiennes à Bharti Airtel.

Malgré les obstacles réglementaires et techniques, le marché du mobile et notamment des données en Inde offre un potentiel colossal d'où l'âpre compétition en cours.

Alors que l'Inde compte un milliard d'abonnés mobiles, près des trois quarts de sa population n'a pas accès à internet.

Au cours de la prochaine décennie, des centaines de millions d'Indiens commenceront à naviguer sur internet depuis leur smartphone, autant de futurs usagers sur lesquels les géants de l'internet comme Google ou Facebook ont les yeux rivés.

Les services gratuits de Jio ont coûté cher à ses concurrents. Airtel a enregistré une chute de 55% de ses bénéfices sur un an au cours du dernier trimestre, Reliance Communications un repli de 15%.

S'ils espèrent retrouver un peu d'oxygène avec la fin des abonnements gratuits de Jio au 1er avril, les niveaux actuels des prix ne sont pas durables.

Les différentes entreprises connaîtront des pertes significatives si elles veulent rester dans le jeu, faisant peser le risque de défauts de paiements.

pdh/co/amd/spi

VODAFONE GROUP

BHARTI AIRTEL

RELIANCE COMMUNICATIONS

FACEBOOK

GOOGLE

TELENOR


(©AFP / 20 mars 2017 08h46)
News les plus lues