La news la plus lue hier : Les trains désertent les gares de Lyon et de Bercy ce week-end

Paris - Aucun train ne circulera ce week-end dans les gares parisiennes de Lyon et de Bercy où les aiguillages vont troquer leur technologie des années 30 contre une autre bien plus à la pointe, ce qui entraînera le report du trafic vers d'autres gares.

Finis les leviers à actionner et boutons à presser, l'itinéraire des 980 trains quotidiens de cette zone sera enregistré dans un ordinateur qui actionnera automatiquement l'aiguillage. Les cheminots pourront ainsi se concentrer sur les incidents, mineurs ou plus importants, qui émaillent la vie ferroviaire, assure la SNCF.

Mais ce passage d'un siècle à l'autre, opération inédite par son ampleur et préparée depuis des mois, va rendre les déplacements compliqués tout le week-end.

Les TGV, Intercités et TER qui utilisent habituellement les gares de Lyon et de Bercy seront déroutés. La SNCF annonce des "fréquences allégées" et des "redirections vers d'autres gares franciliennes": Charles-de-Gaulle 2 TGV, Marne-la-Vallée, Versailles-Chantiers, Massy-Palaiseau, gare de l'Est, gare Montparnasse et gare d'Austerlitz.

Aucun TER ne circulera entre Dijon et Paris et les circulations du RER D et de la ligne R du Transilien seront également modifiées. En revanche, ni les métros ni le RER A ne seront pénalisés par ces travaux.

Au total, 243 trains grandes lignes assureront des trajets, soit un plan de transport allégé de 50 à 80% en fonction des lignes, précise la SNCF.

Côté voyageurs, au lieu des 300.000 qui transitent par ces gares le week-end, la SNCF en attend 120.000.

Sur le RER D et la ligne R Transilien, la SNCF conseille aux usagers de reporter leurs déplacements, et annonce que le covoiturage, via sa filiale iDVROOM, sera pris en charge par SNCF Transilien.

- 400 personnes mobilisées -

L'enjeu est de taille: il s'agit de donner un coup de jeune à l'aiguillage de la gare de Lyon, qui contrôle aussi la gare de Bercy-Bourgogne-Pays-d'Auvergne, grâce au numérique.

Exit les deux postes d'aiguillage qui datent des années 30, figurant ainsi parmi les plus anciens de France.

Et week-end chargé pour les cheminots: les installations de l'ancien poste seront basculées vers le nouveau, puis démontées. Et chacun des itinéraires possibles sera testé. Au total, 400 personnes seront mobilisées.

Le vieil aiguillage de la gare de Lyon laissera la place à une tour de contrôle ferroviaire, située à Vigneux-sur-Seine, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris, qui gérera l'ensemble des circulations de trains sur les neuf premiers kilomètres de voies.

Cette tour supervisera l'ensemble de l'exploitation du complexe de la gare de Lyon. Elle verra passer 980 trains chaque jour: 420 RER D, 200 TGV, 100 remontées et descentes du technicentre sud-est européen, et 260 TER et Intercités.

Le chantier va conclure cinq ans de modernisation de ces postes d'aiguillage.

Cette opération, d'un montant de 200 millions d'euros, s'inscrit dans un cadre plus large de modernisation des systèmes d'aiguillage de la SNCF.

Un programme est en cours pour les transférer vers 16 tours de contrôle et un centre national opérationnel. Aujourd'hui, six centres sont déjà opérationnels, notamment à Dijon, Lyon, Strasbourg, Bordeaux et Rennes.

Les 1.500 postes d'aiguillage français sont issus de dix technologies différentes, dont les plus anciennes encore en service datent d'avant-guerre. Depuis quatre ans, et jusqu'en 2032, 5 milliards d'euros seront investis, à raison de 300 à 350 millions d'euros par tour de contrôle.


(©AFP / 18 mars 2017 04h00)
News les plus lues