Le pétrole remonte légèrement, l'Arabie Saoudite tente de rassurer les marchés

Londres (awp/afp) - Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi, la baisse de la production attendue de l'Arabie Saoudite ne suffisant pas tout à fait à rassurer des marchés inquiets d'une hausse des extractions de pétrole de schiste américain.

Vers 11H35 GMT (12H35 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars valait 54,04 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 40 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de février gagnait 38 cents à 51,20 dollars.

Les cours de l'or noir rebondissaient mercredi et effaçaient une partie de leurs pertes enregistrées sur les deux dernières semaines, qui avaient mené les prix à leurs plus bas niveaux en un mois.

"Les faibles gains de la matinée sont à mettre sur le compte des annonces répétées de l'Arabie Saoudite sur sa volonté de réduire sa production", ont expliqué les analystes d'Inenco.

Des producteurs membres et non-membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont affirmé fin 2016 qu'ils limiteraient leur production sur les six premiers mois de 2017 pour permettre au marché de retrouver l'équilibre, alors que la faible croissance de la demande ne permet pas d'absorber l'offre mondiale.

"Les marchés restent sceptiques sur la capacité des baisses de production de l'Opep à rééquilibrer les marchés, et, alors que les réserves des Etats-Unis atteignent des niveaux records, il faudra un moment pour que l'offre et la demande se rejoignent. Le temps que cela se fasse, les autres producteurs qui ne sont pas joints à l'accord risque de compenser la baisse des extractions", ont prévenu les analystes d'Inenco.

Les marchés scruteront donc plus tard dans la journée les données hebdomadaires sur les réserves des Etats-Unis publiées par le Département américain de l'Energie (DoE). Selon la moyenne médiane d'un consensus compilé par Bloomberg, les réserves de brut sont attendues en hausse de 1,5 million de barils, les réserves d'essence en hausse de 2,75 millions de barils et celles de produits distillés en hausse de 2,6 millions de barils.

js/jbo/pre

(AWP / 11.01.2017 12h55)
News les plus lues