USA: les réserves et la production de pétrole avancent nettement

New York - Les stocks de pétrole brut ont nettement monté la semaine dernière aux Etats-Unis, dépassant les attentes sur le sujet, et la production a franchement accéléré, selon des chiffres publiés mercredi par le département de l'Energie (DoE).

Lors de la semaine achevée le 6 janvier, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 4,1 millions de barils, à 483,1 millions au total, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg ne tablaient de façon médiane que sur une avancée de 1,5 million.

La hausse annoncée par le DoE est aussi de plus grande ampleur que celle des estimations privées de la fédération American Petroleum Institute (API), publiées comme chaque semaine à la veille des chiffres officiels.

A ce niveau, les réserves américaines commerciales de brut s'inscrivent en hausse de 7,1% par rapport à la même époque de l'an passé et se placent à la limite supérieure de la fourchette moyenne à cette période.

Le DoE a aussi fait part d'une progression de 5 millions de barils des réserves d'essence, alors que les experts compilés par Bloomberg ne tablaient que sur une hausse de 2,75 millions.

Elles n'affichent cependant qu'une stagnation par rapport à la même époque de l'année précédente, tout en se situant à la limite supérieure de la fourchette moyenne à cette période.

De leur côté, toujours selon les chiffres du DoE, les réserves de produits distillés (fioul, kérosène, gazole) ont bondi de 8,4 millions de barils, les experts de Bloomberg ne s'attendant qu'à une avancée de 2,6 millions.

Elles enregistrent une hausse de 2,7% par rapport à la même période de l'an passé et restent au-dessus de la limite supérieure de la fourchette moyenne à cette époque de l'année.

- Les raffineries accélèrent -

Très surveillée par les analystes, la production américaine a bondi de 176.000 barils par jour (bj) à 8,946 millions de bj.

Les réserves de brut du terminal de Cushing (Oklahoma, Sud), également scrutées de près puisqu'elles servent de référence à la cotation du pétrole à New York, ont, en revanche, reculé de 600.000 barils à 66,9 millions.

Toutes catégories confondues, les stocks pétroliers et gaziers américains ont avancé de 13,4 millions de barils.

Les raffineries américaines ont nettement accéléré la cadence, fonctionnant à 93,6% de leurs capacités contre 92,0% la semaine précédente.

Du côté de la demande, sur les quatre dernières semaines, les Etats-Unis ont consommé en moyenne 19,5 millions de bj de produits pétroliers, soit une hausse de 1,3% par rapport à la même période de l'année précédente.

La demande d'essence à augmenté de 0,7% et celle de produits distillés de 7,5% pendant la même période, dans les deux cas sur un an.

Malgré ces éléments a priori défavorables sur une offre élevée, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI), référence américaine du brut, accélérait sa hausse et prenait 1,15 dollar à 51,97 dollars vers 16H00 GMT sur le contrat pour livraison en février au New York Mercantile Exchange (Nymex).

(©AFP / 11 janvier 2017 17h15)

News les plus lues