ZOOM Toshiba chute encore de 9% et rachète des parts dans Westinghouse

Tokyo - L'action Toshiba a encore lourdement chuté vendredi à la Bourse de Tokyo, plombée par la confusion qui règne sur la situation financière du conglomérat, lequel a annoncé vendredi racheter les parts de son compatriote IHI dans Westinghouse.

IHI a décidé d'exercer un droit qui lui permet de demander à Toshiba de reprendre les 3% détenus dans la filiale américaine de conception de centrales nucléaires au centre d'un nouveau scandale. La transaction est évaluée à 18,9 milliards de yens (156 millions d'euros).

Au côté de Kazatomprom (10%), Toshiba va ainsi monter à 90% de Westinghouse, une entreprise qui lui cause pourtant bien des soucis.

Le titre Toshiba a encore lâché 9,22% vendredi pour tomber à 184 yens, portant à quelque 20% son recul sur la semaine et à 60% depuis l'annonce fin décembre des déboires nucléaires du groupe.

Des informations diverses agitent les marchés, sur les craintes de radiation de la Bourse de Tokyo, la part de sa filiale de semi-conducteurs qui serait cédée ou encore les risques de révision de ses prévisions de résultats d'ici à la nouvelle date limite de publication des comptes fixée au 14 mars.

"Quand vous voyez une telle collection d'informations négatives qui se succèdent en pleine séance, vous ne pouvez faire autrement que de vendre", a commenté pour l'AFP Toshihiko Matsuno, courtier de SMBC Friend Securities.

Depuis fin décembre, chaque jour ou presque apporte son lot de mauvaises nouvelles, d'autant que l'entreprise elle-même fait montre d'une communication pour le moins brouillonne.

L'agence de notation financière S&P a menacé vendredi de dégrader la note du groupe une nouvelle fois, en fonction du soutien ou non des banques créancières et de la forme qu'il prendra le cas échéant.

Moody's a de son côté jugé que "l'impact du retard de publication des résultats était négatif pour la note" et dénoncé "le piètre contrôle interne qui indique manifestement que des procédures inadéquates ont été employées pour l'acquisition par Westinghouse de la société CB&I", transaction qui est aujourd'hui à l'origine des malheurs de Toshiba.

Une agence japonaise, R&I, a déjà décidé de dégrader de nouveau Toshiba de trois crans, citant "l'impossibilité de se prononcer sur la perspective d'un redressement à court terme de la situation financière extrêmement grave dans laquelle est tombé le groupe".

Toshiba est en effet forcé d'enregistrer des dépréciations d'actifs s'élevant selon sa propre estimation à 712,5 milliards de yens (5,8 milliards d'euros), ce qui plombe totalement ses comptes et entraîne une grave crise proche par son ampleur de celle déjà endurée en 2015 avec la révélation de multiples manipulations comptables.

Le Tokyo Stock Exchange (Bourse de Tokyo) pourrait décider sous peu de déclasser l'action Toshiba ou même de la radier de la cote, estiment les courtiers.

Quant à la direction de Toshiba, elle est sommée de dire vite ce qu'elle entend faire pour redresser la barre, notamment s'agissant de l'activité nucléaire et de celle des puces-mémoires, la seule bien portante qui pourrait être cédée pour renflouer les finances asséchées du groupe.

mis-kap/ggy

IHI CORPORATION

TOSHIBA

MOODY'S CORP.

CB&I - CHICAGO BRIDGE & IRON NV



(©AFP / 17 février 2017 09h26)
News les plus lues