L'ouragan Sandy menace le nord-est des Etats-Unis

NEW YORK (Sipa-AP) - L'ouragan Sandy menace 50 millions de personnes dans le nord-est des Etats-Unis dès lundi soir. Selon les prévisionnistes, New York pourrait être particulièrement touché. A une semaine de l'élection présidentielle, Barack Obama a annulé un meeting de campagne en Floride pour rentrer à Washington et superviser les opérations du gouvernement face aux intempéries.

"Notre priorité numéro un est de sauver des vies", a déclaré le président américain depuis la Maison Blanche, en exhortant les Américains à écouter les mises en garde. Il s'est dit confiant, assurant que les autorités avaient fait tout leur possible pour se préparer à affronter les effets de l'ouragan.

Le responsable de la presse à la Maison Blanche, Jay Carney, avait annoncé plus tôt dans la journée que le chef de l'Etat rentrait à Washington pour "surveiller les mesures de prévention et les premières réponses" à Sandy, qui menace la côte Est.

Barack Obama a annulé lundi deux étapes de sa campagne électorale, pour rentrer à Washington et superviser les opérations du gouvernement pour l'ouragan Sandy.

De son côté, son adversaire Mitt Romney a annulé tous les évènements électoraux prévus lundi soir et mardi en raison de l'ouragan.

Quatre Etats-clés pour le scrutin du 6 novembre sont menacés par le phénomène météorologique: la Caroline du Nord, la Virginie, l'Ohio et le New Hampshire.

Les transports vont être fortement perturbés, alors que les écoles et les marchés financiers ont été fermés à New York. Des Américains résidant dans des zones côtières ont quitté leurs habitations pour s'installer en lieu sûr, dans des endroits plus élevés. L'ouragan est accompagné de vents violents, de fortes pluies, et de vagues pouvant atteindre 3,35 mètres de haut.

Sandy est en train de remonter vers le nord de l'Atlantique et pourrait toucher sur son passage Washington, Baltimore, Philadelphie et New York, et rencontrer deux autres systèmes dépressionnaires, formant une méga-tempête qui pourrait semer le chaos sur une zone de plus de 1.300 kilomètres, de la côte Est à la région des Grands Lacs. Les prévisionnistes ont baptisé le phénomène "Frankenstorm".

De nombreux salariés prévoyaient de rester chez eux lundi, alors que les métros, les bus et les trains ont cessé temporairement de fonctionner, l'ouragan risquant d'inonder les rails et les tunnels. Des aéroports ont également fermé, et les autorités ont prévenu que le temps manquait pour les évacuations ou qu'il était déjà trop tard. En prévision des probables pannes de courant que Sandy va provoquer, des renforts ont été envoyés pour épauler les équipes sur place.

Le centre de l'ouragan devait atteindre les côtes du New Jersey lundi soir, menaçant surtout la partie nord de cet Etat, New York et Long Island. Des vagues plus fortes, provoquées par la pleine lune lundi, renforcent la menace sur la métropole de 20 millions d'habitants.


"Le pire des scénarios"

"C'est le pire des scénarios", a déclaré Louis Uccellini, chef des prévisions environnementales à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Alors que la pluie a commencé à tomber sur le Nord-Est du pays dimanche, plusieurs centaines de personnes, du Maryland au Connecticut, ont reçu l'ordre de quitter les zones côtières, dont 375.000 personnes dans la ville basse de Manhattan et d'autres parties de New York, 50.000 dans le Delaware et 30.000 à Atlantic City, dans le New Jersey, où les 12 casinos de la ville ont été fermés pour -seulement- la quatrième fois.

Barack Obama a déclaré l'état d'urgence dans le Massachusetts, le Connecticut, à Rhode Island, New York, dans le New Jersey et en Pennsylvanie. Il a promis que le gouvernement "répondra fortement et rapidement" après le passage de l'ouragan. "Mon message aux gouverneurs, ainsi qu'aux maires, c'est que nous serons là pour tout ce dont ils ont besoin", a déclaré le président américain.

Fait rare: les principaux marchés financiers américains, dont la bourse de New York, le Nasdaq et le CME Group à Chicago, ont fermé leurs portes lundi. Le New York Stock Exchange avait fermé le 27 septembre 1985 en raison du passage de l'ouragan Gloria et après les attentats du 11 septembre 2001. Les Nations unies ont aussi fermé et annulé toutes les réunions à leur siège new-yorkais.

La municipalité new-yorkaise a fait fermer les écoles, qui accueillent d'ordinaire 1,1 million d'élèves, et dès dimanche soir, les trains, bus et métros ont cessé de fonctionner. Plus de cinq millions d'usagers dépendent chaque jour des transports en commun.

"Si vous n'évacuez pas, vous mettez non seulement votre vie en danger, mais aussi celle des sauveteurs qui viendront vous chercher", a averti le maire Michael Bloomberg. "C'est une tempête préoccupante et dangereuse."

Barack Obama et Mitt Romney ont modifié leur programme de campagne à l'approche de l'ouragan, anulant des déplacements alors qu'ils sont engagés dans la dernière semaine avant le jour J.

Sandy, un ouragan de catégorie 1 accompagné de vents soufflant jusqu'à 144km/h, aurait causé la mort d'au moins 69 personnes dans les Caraïbes avant de prendre la direction de l'est des Etats-Unis. A 11h lundi matin, il était centré à environ 415 kilomètres au sud/sud-est de New York, se déplaçant en direction du nord à 29km/h.


Près de 7.500 vols annulés

Les compagnies aériennes ont annulé près de 7.500 vols pour lundi et mardi, entraînant des perturbations dans le monde entier, et la compagnie ferroviaire Amtrak a annoncé dimanche qu'elle fermerait la quasi-totalité de ses lignes d'ici lundi soir dans tout le nord-est des Etats-Unis. En plus de New York, les transports en commun devaient fermer à Philadelphie, Washington et Baltimore. Ces villes ont aussi fermé leurs écoles, ainsi qu'à Boston. Les services gouvernementaux non indispensables n'ouvriront pas leurs portes à Washington.

Dimanche, les théâtres de Broadway, à New York, ont décidé d'annuler de nombreuses représentations le jour même, ainsi que lundi. La Statue de la Liberté, qui avait rouvert dimanche après un an de fermeture, a subi le même sort, fermant ses portes lundi et mardi à cause de l'arrivée de Sandy.

Par ailleurs, les gardes-côtes ont récupéré 14 membres de l'équipage du HMS Bounty qui ont abandonné le navire historique au large des côtes de Caroline du Nord (est des Etats-Unis) en plein ouragan. Deux autres membres d'équipage étaient recherchés.

Selon un garde-côte, Brandyn Hill, ces 14 personnes ont été récupérées par des hélicoptères des gardes-côtes vers 6h30 lundi matin. Revêtus de tenues de survie et de gilets de sauvetage, les membres d'équipage étaient montés dans deux canots, a déclaré un autre garde-côte, David Weydert.

Ce bateau, qui a été utilisé lors des tournages des Révoltés du Bounty (1962) et de Pirates des Caraïbes: le secret du coffre maudit (2006), prenait l'eau et ne dispose pas de système de propulsion. Le navire devait faire face à des vents de 64km/h et des vagues de 5,5m alors qu'il se trouvait à environ 145 kilomètres des côtes.

pyr/AP/st




(Sipa / 29.10.2012 18h17)


    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

14:08 Quand le dollar devient...

14:08 L'Egypte va rouvrir dimanche sa...

13:29 Turquie : Erdogan fait...

13:23 Le cardinal français Jean-Louis...

13:10 Pyongyang veut une enquête...

12:48 Cyber-attaque contre Sony: La...

12:30 Les nouvelles sanctions...

12:20 Les nouvelles sanctions...

12:18 RDC: deux assaillants...

11:45 Italie: Franciscains proches de la...

11:28 Budget 2015: Matteo Renzi obtient la...

11:28 Budget 2015: Matteo Renzi obtient la...

11:26 Pour Séoul, les attaques contre...

11:00 Dernières prévisions...

10:55 Le groupe pétrolier japonais...

10:53 Une automobiliste ivre percute un...

10:22 Le patron de Saint-Gobain ne veut pas...

09:38 Tremblement de terre à Lago di...

09:32 Cannabis légalisé: le...