Le "Roestigraben" de 1992 sur l'EEE n'existe plus

Zurich/Berne (Sipa) Vingt après l'échec de l'EEE, les Suisses plébiscitent la voie bilatérale. Pour 62% d'entre eux, c'était la bonne décision, selon un sondage SSR-SRG publié vendredi. Aujourd'hui, 54% des citoyens considèrent que le rejet de l'Espace économique européen est une bonne chose. Le "Roestigraben" de 1992 n'existe plus: même les Romands approuvent aujourd'hui ce rejet.

Malgré les controverses, 60% des personnes interrogées jugent positivement la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (UE), selon le sondage réalisé auprès de 1.206 personnes par l'institut GfS Berne. Quelque 40% ont en revanche un avis négatif.

C'est à une écrasante majorité de 54% contre 23% que les sondés jugent positivement le rejet de l'EEE. Parallèlement, les solutions extrêmes ne font pas recette, ont noté les experts du sondage. Ainsi, une adhésion à l'UE ne vient au premier rang que pour 6% des personnes interrogées. Le cavalier seul, "l'Alleingang", n'en séduit que 10% et une adhésion à l'EEE ne vient en tête des priorités que pour 11%.

Les avis divergent pour ce qui concerne la demande de Bruxelles que la Suisse reprenne automatiquement le droit européen. Ils sont 41% à rejeter formellement cette disposition même si l'accès au marché intérieur de l'UE était menacé. En face, 43% seraient d'avis d'accepter le droit européen s'ils se trouvaient devant cette alternative.


(Sipa / 30.11.2012 16h52)


    
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

23:06 Tremblement de terre à Lago di...

02:54 Un séisme de magnitude 3,7 dans...

00:36 Le mauvais temps a eu raison du feu...

00:09 Tremblement de terre à Lago di...