UE/Supervision bancaire: les grands Etats devraient avoir plus de poids (Buba)

(développement, ajoute réaction de Peter Praet, BCE)

Francfort (awp/afp) - Les voix des grands pays devraient peser davantage que les autres au sein de la future supervision bancaire européenne, a estimé lundi le président de la Bundesbank Jens Weidmann, un raisonnement qu'un responsable de la Banque centrale européenne (BCE) a toutefois jugé "simpliste".

"Comme les décisions (de l'organe de supervision bancaire) pourront aussi impliquer des coûts budgétaires, un équilibre des voix serait logique, par exemple en fonction des parts au capital" de la BCE, a déclaré M. Weidmann à l'occasion d'un congrès financier à Francfort (ouest), organisé par le cabinet de conseil Maleki.

Au conseil des gouverneurs de la BCE, composé des six membres de son directoire et des gouverneurs des 17 Banques centrales nationales de la zone euro, chaque voix a le même poids sur les questions de politique monétaire, quelle que soit la part au capital de la BCE de l'Etat qu'elle représente. Les décisions se font cependant au prorata du poids économique de chaque Etat lorsqu'il s'agit de prendre des décisions en matière de capital.

Si elle était acceptée, la proposition de M. Weidmann donnerait le poids le plus important à l'Allemagne au sein de la future supervision bancaire européenne. Via la Bundesbank, l'Allemagne représente en effet 18,94% du capital de la BCE. La France arrive deuxième avec 14,22% et l'Italie troisième avec 12,49%. La Grèce représente elle 1,96% du capital de la BCE.

Peter Praet, membre du directoire de la BCE, a toutefois jugé "un peu simpliste" le raisonnement de M. Weidmann, en marge de la même conférence financière. "Ce n'est pas si simple" et "il n'y a pas de solution pour le moment", a-t-il dit.

"Les modalités de vote dépendront du mécanisme de résolution qui sera retenu", selon que les coûts en cas de faillite d'une banque seront mutualisés entre les Etats participant à la supervision bancaire ou pris en charge par l'Etat d'origine de cette banque, ou les deux, a-t-il expliqué.

Quant à la question du calendrier de mise en place de la supervision bancaire, M. Praet a répété qu'il était "important que la BCE en reçoive le mandat le 1er janvier 2013 pour concevoir l'institution et mettre en place son administration".

La semaine dernière, le commissaire européen chargé des Services financiers, Michel Barnier, avait estimé que la mise en oeuvre de la supervision bancaire européenne se ferait progressivement, "sans doute jusqu'en 2014".

rp



(AWP / 19.11.2012 17h30)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

23:56 Bagdad : 23 morts lors de...

23:37 Chrysler (Fiat) rappelle...

03:52 L'UNRWA débordée...

03:14 Fukushima: plusieurs réservoirs...

02:07 Ukraine: Obama et Rutte menacent la...

01:42 Le Parlement adopte une proposition de...

01:31 Les vols suspendus vers Israël...

01:23 Un Palestinien tué en...

00:55 Le vol MH17 peut-être abattu par...

00:46 Bénéfice annuel en...

00:40 Bénéfice d'Apple en...

00:17 Les boîtes noires du vol MH17...

Me
Je
Ve
Sa
16 / 25°C
16 / 23°C
15 / 25°C
15 / 24°C