Choléra en Haiti: l'ONU rejette les demandes d'indemnisation


NEW YORK (Nations unies) - Les Nations unies ont rejeté comme non recevable les demandes d'indemnisation des victimes de l'épidémie de choléra en Haïti en raison des privilèges et immunités dont bénéficie l'organisation, a indiqué jeudi le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky.

L'ONU a fait savoir aux représentants des demandeurs que cette demande n'était pas recevable au titre de la section 29 de la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies, a-t-il précisé. L'origine de cette épidémie avait été attribuée par certains experts à des Casques bleus népalais déployés dans le pays.

L'épidémie s'est déclarée en octobre 2010. Elle a fait depuis cette date plus de 7.700 morts et a infecté plus de 620.000 personnes, selon l'Organisation mondiale de la santé.

Le secrétaire général Ban Ki-moon a téléphoné au président d'Haïti, Michel Martelly, pour l'informer de la décision prise et lui redire que l'ONU est déterminée à éliminer le choléra en Haïti, a indiqué M. Nesirky.

Cinq mille victimes du choléra -- malades ou familles de personnes décédés de la maladie -- exigent des Nations unies des centaines de millions de dollars de compensations.

Le groupe d'avocats qui les représentent réclame 100.000 dollars pour chaque mort et 50.000 dollars pour chaque personne infectée et a menacé de déposer une plainte en bonne et due forme si l'ONU ne verse pas de compensations.

En juin 2011, une étude publiée par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies avait conclu que le choléra avait été introduit à Haïti par des Casques bleus népalais.

M. Nesirky a souligné les efforts déployés par l'ONU pour traiter l'épidémie et pour améliorer les infrastructures sanitaires d'Haïti. En décembre dernier, l'ONU a lancé un appel de fonds de 2,2 milliards de dollars afin de financer une campagne pour éradiquer l'épidémie.

Cette campagne, d'une durée de dix ans, sera centrée sur l'amélioration des conditions sanitaires, la fourniture d'eau potable et une nouvelle méthode orale de vaccination.

Le secrétaire général réaffirme qu'il est extrêmement sensible aux terribles souffrances causées par l'épidémie de choléra et demande à tous les partenaires présents dans le pays, ainsi qu'à la communauté internationale, d'oeuvrer ensemble afin que les conditions de santé s'améliorent pour le peuple haïtien, et qu'un avenir meilleur s'ouvre à lui, a déclaré M. Nesirky.

Interrogé sur le délai mis à répondre à la demande de compensation, introduite en novembre 2011, il a répondu que l'ONU avait pris le temps nécessaire pour examiner de près les plaintes dans tous leurs aspects.


(©AFP / 21 février 2013 19h42)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

23:37 Nucléaire: une...

23:25 Personne ne remporte le gros lot de...

22:49 Energie: le patron de Total pointe la...

22:29 Burkina: le président...

21:43 L'alliance pour éradiquer...

21:37 Joe Biden à Istanbul en...

21:35 New York: un policier tue un innocent...

21:13 Le pétrole aidé à...

21:09 L'EI punit...

21:05 2,22 euros l'heure et 6 jours sur...

20:33 Credit Suisse: amende de 2,6 milliards...

20:02 France: nouveaux clichés de...

19:59 Bourses européennes:...

19:52 Credit Suisse: amende de 2,6 milliards...

19:48 Standard and Poor's confirme le...

19:43 Porochenko conspué sur la place...

19:29 Simonetta Sommaruga à Lille...

19:26 Ukraine: Iatseniouk restera Premier...

19:10 Jean-Bernard Lévy nommé...

Sa
Di
Lu
Ma
3 / 10°C
5 / 10°C
4 / 10°C
5 / 10°C