Convoqué par la justice en Haïti, Baby Doc ne s'est pas présenté


PORT-AU-PRINCE - L'ex-dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier, visé par plusieurs plaintes d'anciens opposants pour arrestations arbitraires et torture, ne s'est pas présenté jeudi devant une cour d'appel de Port-au-Prince où il était convoqué, a constaté l'AFP.

Devant cette nouvelle absence --Baby Doc ne s'était déjà pas présenté lors de deux précédentes convocations devant la justice--, l'avocat des victimes Me Jean-Joseph Exumé a demandé au juge qu'il délivre un mandat d'arrêt contre Jean-Claude Duvalier.

Dans une salle d'audience comble du tribunal de Port-au-Prince, un des avocats de l'ex-dictateur, Me Reynold Georges a quant à lui assuré que la cour était incompétente.

Nous attendons l'arrêt de la cour de cassation, que le camp Duvalier a saisie, a-t-il déclaré au juge, qui a de son côté assuré ne pas être au courant de cette saisine.

L'audience a été suspendue en milieu de journée dans l'attente de la décision du juge.

Baby Doc, fils de l'ancien dictateur François Papa Doc Duvalier, avait pris le pouvoir en 1971 à 19 ans, perpétuant une longue dictature dans ce pays qui est l'un des plus pauvres du continent américain.

Chassé du pouvoir en 1986 par une révolte populaire, il avait effectué un retour spectaculaire en Haïti en janvier 2011 après 25 ans d'exil en France.

En janvier 2012, un juge d'instruction a ordonné le renvoi de Baby Doc devant un tribunal correctionnel pour détournements de fonds. Mais il n'a en revanche pas retenu des poursuites pour crimes contre l'humanité, estimant que les faits étaient prescrits.

Cette décision avait provoqué l'indignation des organisations de défense des droits de l'homme et des victimes qui avaient fait appel.

Mais les défenseurs de Baby Doc ont formé un pourvoi en cassation et estiment que la cour d'appel est par conséquent dessaisie du dossier.

Il n'y pas 1% de chance qu'il vienne ici parce que c'est une affaire déjà entendue. Maintenant nous attendons la cour de cassation, avait déclaré à l'AFP Me Reynold Georges avant le début de l'audience.

C'était une occasion en or de faire un procès historique mais le fait d'aller en cassation va prolonger ce délai, avait quant à lui déploré Me Exumé. De toute façon, il doit y avoir un procès mais ce n'est sûrement dans le contexte politique actuel qu'il aura lieu, a-t-il ajouté.


(©AFP / 21 février 2013 19h18)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

22:30 Wall Street poursuit son rebond...

22:13 Le Canada envoie son vaccin...

21:56 Dix-huit mois de prison ferme pour...

21:55 Ankara laisse passer des combattants...

21:27 Electricité:...

21:19 Le pétrole finit en baisse...

21:12 L'Elysée apporte son...

21:11 Électricité:...

20:53 Les prix des carburants...

20:39 Américains et Turcs à la...

20:28 Nigeria: des notables sceptiques sur...

20:23 Suisse : décès du...

19:47 Barrage contesté dans le Tarn:...

19:33 Très malade, le patron...

19:25 Avec 15,72°C, le plus chaud mois...

19:12 Canada: remorquage à bon port...

19:06 Décès du photographe...

19:01 Bourses européennes:...

18:56 Une Suissesse tuée par un ours...

Ma
Me
Je
Ve
14 / 20°C
7 / 8°C
6 / 12°C
6 / 13°C