Les industriels appellent à déployer la télémédecine en France


PARIS - Les industriels du numérique et des technologies médicales ont appelé mardi à un déploiement à grande échelle de projets champions de télémédecine, pour développer en France une véritable filière technologique et industrielle créatrice d'emplois.

La télémédecine peine à passer du stade des expérimentations à celui d'un véritable déploiement, constatent les fédérations Syntec Numérique et Snitem, qui ont publié un livre blanc sur ce domaine d'activité, étudiant des expériences de prise en charge à distance de maladies chroniques comme l'insuffisance cardiaque, le diabète ou la broncopneumopathie chronique (BPCO).

Pour développer la télémédecine en France, les fédérations professionnelles réclament une impulsion politique forte. Ils préconisent la création d'un comité public-privé associant tous les acteurs (incluant les ministères concernés et l'assurance-maladie) et servant de guichet unique pour les porteurs de projets.

Le livre blanc recensait à la fin 2011, 256 projets de télémédecine en France, dont 114 étaient opérationnels (soit 44%).

La France se classe au 3e rang des pays de l'OCDE en matière de dépenses de santé, y consacrant 11,8% du PIB, soit 220 milliards d'euros, mais une part infime de ces dépenses (0,05%) sont aujourd'hui effectuées au titre de la télé médecine, soulignent le Syntec Numérique et le Snitem dans un communiqué.

La mise en oeuvre à plus grande échelle de la télémédecine impliquerait notamment dès 2014 des nouveaux modes de prise en charge pour ces services de santé, comme les forfaits innovation télémédecine, accompagnés d'un système d'évaluation.

Le livre blanc propose de soutenir des projets relatifs aux maladies chroniques les plus lourdes, déjà repérés comme porteurs en termes de santé publique et du point de vue industriel.

En France, les premières prises en charge de solutions et services de télésuivi en cardiologie et dans le respiratoire sont encore peu développées, relèvent les auteurs du livre blanc, Pierre Laurent pour le Syntec Numérique et Jean-Bernard Schroeder, pour le Snitem.

Il y a urgence car dans d'autres pays (...) des modèles commencent à être mis en oeuvre avec succès et permettent l'essor de nouveaux marchés, soulignent-ils.


(©AFP / 23 avril 2013 15h20)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

09:30 [PDF] - BNS - Communiqué de...

09:28 La Bourse de Tokyo rebondit...

09:19 Une volontaire française de MSF...

09:16 Banque cantonale de Schwyz: accord de...

09:11 Sidérurgie européenne:...

09:02 Exportations horlogères:...

09:02 14,9 milliards de francs...

09:01 Les exportations suisses stagnent en...

09:00 Toshiba va réduire de plus de...

08:59 Investir.ch - We got what we wanted

08:55 Autos à prix canon sur...

08:51 Bourse Zurich: vers une ouverture en...

08:40 La tempête tropicale Polo...

Je
Ve
Sa
Di
15 / 24°C
16 / 24°C
16 / 24°C
16 / 22°C