Philippines: frappes aériennes contre les rebelles musulmans dans le sud


MANILLE - L'aviation philippine a bombardé lundi des rebelles séparatistes musulmans dans le sud du pays, qui connaît un regain de violences meurtrières depuis dix jours, a indiqué l'armée.

Deux OV-10 ont lâché des bombes sur un village isolé aux environs de la ville de Payao sur l'île de Mindanao (sud), a indiqué un porte-parole de l'armée, Harold Cabunoc.

C'est dans cette zone que des membres du Front moro islamique de libération (MILF), principal groupe de la rébellion sécessionniste musulmane, sont retranchés depuis la semaine dernière, a-t-il ajouté.

Les tirs ont démarré à 11H30 ce matin, a-t-il déclaré. Une centaine de bandits lourdement armés sont retranchés dans leurs bunkers et leurs tunnels.

Selon le porte-parole régional de l'armée Randolph Cabangbang, les hommes visés par les frappes sont des rebelles du MILF, mais qui se consacrent à des activités criminelles telles que les enlèvements.

Ce sont les premières (frappes) depuis 2008 mais il faut souligner que ceux que nous pourchassons ne répondent plus au commandement du MILF, a-t-il ajouté.

Aucune victime n'était rapportée dans l'immédiat. L'armée a précisé que quelque 3.000 civils avaient déjà fui la zone la semaine dernière.

Le nombre de morts attribués au MILF depuis dix jours, lors d'affrontements avec l'armée notamment, est de 35, ce qui fait de cette vague de violences la plus meurtrière depuis des années.

Ces attaques et ces tirs interviennent alors que des négociations pour un accord de paix, entre Manille et la rébellion musulmane, ont repris au printemps.

Le MILF, qui compte quelque 12.000 combattants, réclamait à l'origine un Etat musulman indépendant dans le tiers sud des Philippines, pays majoritairement catholique. Il se bat maintenant pour l'autonomie.

Le gouvernement et les représentants du MILF ont repris des négociations de paix au printemps 2011, qui visent à mettre fin à l'une des rébellions les plus anciennes du pays.

La guérilla a fait plus de 150.000 morts depuis 1978 et abouti au déplacement de centaines de milliers de personnes.

strs-jvg/fmp/pm

(©AFP / 24 octobre 2011 11h18)

News les plus lues