Problème d'eau radioactive à Fukushima: la presse japonaise critique le gouvernement


TOKYO - Plusieurs journaux japonais ont porté cette fin de semaine un jugement sévère à l'égard du gouvernement nippon sur sa façon de gérer la crise de l'eau radioactive à Fukushima.

Le Nikkei, premier quotidien économique, a estimé que les actions entreprises n'étaient pas à la hauteur de l'urgence de la situation.

Le gouvernement a décidé de dépenser 47 milliards de yens (360 millions d'euros) pour traiter la crise de l'eau contaminée, mais cet argent n'est nommément affecté qu'à des activités de recherche et développement et à des mesures techniques difficiles. Or ce qu'il faut c'est augmenter le nombre de réservoirs de stockage (de l'eau contaminée), mais ce n'est pas prévu dans le budget, écrit-il.

Et le même de poursuivre: le Premier ministre Shinzo Abe a affirmé devant le Comité international olympique (CIO) que le problème de l'eau à Fukushima était sous contrôle, mais ce n'est pas des mots d'apparence, ce sont des mesures concrètes qui sont nécessaires.

Plusieurs titres rappellent aussi que, lors de sa présentation avant que Tokyo ne décroche les JO de 2020, M. Abe a pris un engagement fort vis-à-vis de la communauté internationale pour que cette crise n'ait aucune conséquences en dehors de la centrale.

Le Nikkei appelle le chef du gouvernement à réfléchir pour venir à bout de la crise à autre chose que la création d'un groupe de travail présidé par le ministre de l'Industrie, lequel a par ailleurs bien d'autres chats à fouetter.

Quant on voit le problème de l'eau radioactive, on comprend que l'accident est loin d'être réglé, insiste pour sa part le quotidien populaire de centre gauche Mainichi Shimbun.

Il est clair que ce qui est prioritaire aujourd'hui, ce n'est pas de réactiver des réacteurs dans le pays, c'est de s'attaquer à la situation à Fukushima, ajoute-t-il alors que le seul réacteur en service doit être stoppé ce dimanche et que le gouvernement espère pouvoir en autoriser plusieurs à repartir bientôt avec la bénédiction (nécessaire) de l'autorité de régulation nucléaire et des élus locaux.

Une commission parlementaire des partis de la coalition au pouvoir veulent enquêter (sur le problème des fuites d'eau à Fukushima) pour dissiper l'anxiété de la population, mais si les choses n'avançaient pas, la défiance envers le redémarrage des installations nucléaires augmenterait d'un coup, prévient le quotidien de droite Sankei Shimbun.

kap/jh

THE KANSAI ELECTRIC POWER CO


(©AFP / 15 septembre 2013 07h21)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

21:55 Ankara laisse passer des combattants...

21:12 L'Elysée apporte son...

21:11 Électricité:...

20:53 Les prix des carburants...

20:39 Américains et Turcs à la...

20:28 Nigeria: des notables sceptiques sur...

20:23 Suisse : décès du...

19:33 Très malade, le patron...

19:25 Avec 15,72°C, le plus chaud mois...

19:12 Canada: remorquage à bon port...

19:01 Bourses européennes:...

18:56 Une Suissesse tuée par un ours...

18:53 Monica Lewinsky se lance sur Twitter,...

18:47 Prix des carburants: la baisse se...

18:36 Septembre 2014, le plus chaud depuis...

17:41 La Russie étend l'embargo...

17:35 Américains et Turcs à la...

17:29 Merkel: l'intégrité...

17:24 Possible nouvelle attaque de loup...

Lu
Ma
Me
Je
12 / 23°C
14 / 20°C
7 / 8°C
6 / 12°C