Rio+20: le début d'un cycle, une aventure qui commence


PARIS - Brice Lalonde, coordinateur de Rio+20, estime que la conférence sur le développement durable qui se tiendra à Rio en juin devrait être le début d'un cycle, une aventure qui commence.

Q: Où en est-on de la préparation de Rio + 20 ?

R: Je suis très content qu'il y ait autant de chefs d'Etat et de gouvernement qui viennent, qu'il y ait beaucoup de mobilisation d'associations, de villes... Les négociations vont bon train, avec une prochaine série du 23 avril au 5 mai. Jusqu'à maintenant elles ont été un peu difficiles, avec d'abord un texte assez court qui a enflé, chaque Etat a voulu rajouter quelque chose... Pour le moment c'est un texte qui manque d'ambition, je suis préoccupé d'un risque de plus petit commun dénominateur, comme dans toutes les grandes conférences consensuelles. Mais pour l'instant tout le monde dit qu'il faut que ce soit ambitieux.

Q: Quels sont les points de clivage et les points d'accord ?

R: Il y a cette tension entre les partisans du développement d'abord et ceux du sauvetage de la planète, qui disent qu'on ne peut pas continuer comme ça. On est à la recherche de cette formule un peu magique pour répondre aux besoins du développement et de l'environnement. En outre, la plupart des Etats ne veulent pas de contraintes supranationales. Ce qui m'inquiète c'est que c'est une déclaration politique, donc ce qui compte ce sont les mots, même si tout le monde reconnaît l'urgence de fixer des objectifs de développement durable pour toute la planète.

Mais il y a une dizaine d'objectifs du développement durable sur lesquels la totalité des nations s'engagera, chacun devra les décliner à sa manière de façon concrète, aussi bien les pays développés que les pays en développement.

Il peut y avoir aussi un consensus sur le renforcement de la gouvernance de l'environnement, qui permettra de s'organiser beaucoup mieux.

Tout le monde est d'accord enfin pour avoir une vue d'ensemble régulière sur la planète, on en a sur le climat, la biodiversité, les océans, mais pas de vue d'ensemble avec des scientifiques, les ONG, les agences spatiales... On a des gens alarmistes et des gens indifférents, ce sera pas mal si on a ça.

Q: Rio+20 va-t-il déboucher sur des décisions précises ?

R: Il y a une bonne volonté pour arriver à quelque chose. Pour beaucoup de gens c'est le début d'un cycle, une aventure qui commence. Le verre n'est pas tout à fait plein, il y a un problème de leadership, mais il y a accord sur les priorités. On sortira quelque chose mais pas d'un coup, c'est une discussion qui ne fait que commencer, avec des résultats dans plusieurs années, c'est une espèce de virage qui s'amorce, un processus plus que des décisions directes. Ce n'est pas l'an 1, mais un engagement de tous à travailler sur telle ou telle question, on commence quelque chose qui n'aura jamais de fin. C'est plus difficile qu'on ne croyait.

(Propos recueillis par Christine Courcol)


(©AFP / 19 avril 2012 09h59)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

08:12 Trois commandants de la branche...

08:06 Infranor table en 2014/15 sur des...

08:05 Admin.ch - Juillet 2014 : hausse des...

08:04 Schmolz+Bickenbach sort du rouge et...

08:04 Kudelski: le bénéfice...

08:02 Peach Property: produit en hausse de...

07:57 Ahold: bénéfice net en...

07:53 Implenia: bénéfice net...

07:50 Résultats en...

07:50 Looser: ventes semestrielles en...

07:45 Gategroup a divisé sa perte...

07:44 Bulletin d'informations de 08h00

07:39 Kuoni réduit sa perte à...

07:36 Le déclin de la France

07:36 Bénéfice en net repli...

07:33 Kudelski fait bondir ses...

07:28 Comet Group: hausse du chiffre...

07:27 Schmolz+Bickenbach renoue avec les...

07:23 Bell: bénéfice net...

Je
Ve
Sa
Di
10 / 21°C
10 / 21°C
12 / 19°C
12 / 19°C