Une pénurie de gazole provoque colère et inquiétude en Egypte


LE CAIRE - J'attends parfois huit heures pour faire le plein. Franchement, je n'en peux plus, affirme Achraf Kamel, un chauffeur de minibus qui patiente devant une station service du Caire, où le gazole est distribué au compte-gouttes en raison d'une sévère pénurie.

Les interminables files d'attente de camions, bus, taxis ou tracteurs à l'arrêt sont devenues une scène du quotidien un peu partout en Egypte, où la crise économique rend plus difficile l'importation de carburants.

De nombreux secteurs d'activité sont frappés, des transports -notamment les populaires minibus privés qui suppléent des transports publics défaillants-, à l'industrie, en passant par l'agriculture.

Actuellement je travaille un jour, et je consacre la journée suivante à la file d'attente. Cela me fait perdre la moitié de mes revenus, se lamente Achraf Kamel.

Mohamed Ragab, un chauffeur routier, affirme avoir dû attendre plusieurs fois pendant quatre heures au moins, avant que les responsables de la station annoncent que leurs cuves sont vides.

Dans ce cas, je passe la nuit devant la station pour garder mon tour pour le lendemain, affirme-t-il, résigné.

Je ne reçois plus que le tiers des quantités que je recevais auparavant, déplore pour sa part Mohamed Daradiri, le patron d'une station à Medinet Nasr, dans la banlieue de la capitale.

Dans le sud de l'Egypte, la crise est encore plus aiguë et les files de véhicules s'étendent parfois sur plusieurs kilomètres, selon des chauffeurs de Louxor. Faute de carburant, les paysans redoutent de ne pouvoir utiliser les engins agricoles alors que certaines récoltes approchent.

Les chauffeurs de minibus ont entamé une grève à travers le pays la semaine dernière, avant de couper des routes. Des bagarres entre chauffeurs exaspérés d'attendre devant les stations sont régulièrement rapportées.

La pénurie, selon des experts, est liée à l'effondrement des réserves de devises du pays, passées de 36 milliards de dollars avant la révolte qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir début 2011, à 13,5 milliards environ aujourd'hui.

La crise a été provoquée par le manque de liquidités en dollars dont souffre le gouvernement égyptien, affirme Rachad Abdou, du Centre égyptien d'études économiques et stratégiques.

Un tiers environ du gazole égyptien est importé, et il devient de plus en plus difficile de trouver les dollars pour payer des fournisseurs de plus en plus exigeants sur les garanties de paiement, selon des professionnels du secteur.

Et le pays a aussi besoin de ses devises fortes pour acheter d'autres produits vitaux, comme le blé dont l'Egypte est le premier importateur au monde.

Pour corser le problème, le gazole importé est revendu à la pompe très en dessous du prix d'achat, grâce à des subventions aux carburants qui plombent les finances de l'Etat, et creusent le déficit budgétaire.

La crise du gazole est devenue un fardeau de plus pour le président islamiste Mohamed Morsi, déjà confronté à l'instabilité politique et à une situation économique et sociale générale très dégradée.

Le gouvernement fait porter la responsabilité de la situation sur les trafiquants, qui créeraient la pénurie pour revendre le carburant au prix fort.

Le ministre du Pétrole, Osama Kamal, a annoncé le limogeage de hauts responsables de compagnies pétrolières d'Etat, et indiqué que des stations gérées par l'armée, supposées bien contrôlées, seraient autorisées à distribuer davantage de diesel.

Des importations d'urgence pourraient aussi permettre de détendre quelque peu la situation dans les prochains jours, estiment des professionnels.

Toutefois, les trafics comptent peu pour expliquer la situation. Le problème subsistera tant que les réserves de devises seront aussi basses, et que la structure des prix des carburants en Egypte ne sera pas modifiée, estime l'un d'eux, sous couvert de l'anonymat.


(©AFP / 12 mars 2013 13h27)

    

Vidéos qui devraient vous intéresser
NEWS LES PLUS LUES (60 MIN)

07:28 ABB: bénéfice net...

07:27 Syngenta: ventes semestrielles en...

07:22 Indonésie: Prabowo va contester...

07:00 Rieter: baisse des entrées de...

06:42 Pétrole: le prix du brut...

06:38 Indonésie: Prabowo va contester...

06:29 Le vol MH17 probablement...

06:21 USA: Deutsche Bank et Barclays...

06:21 Swiss: le groupe Lufthansa suspend ses...

06:21 Prévisions du jour pour...

06:21 Portugal: une autre holding de la...

06:21 Devises l'euro baisse face...

06:21 Brésil: le gouvernement revoit...

06:21 Bourse New York: Wall Street accueille...

06:21 Événements importants...

06:12 Les prix du pétrole continuent...

05:58 Yves Rossier déplore "la...

03:52 L'UNRWA débordée...

03:14 Fukushima: plusieurs réservoirs...

Me
Je
Ve
Sa
16 / 25°C
16 / 23°C
15 / 25°C
15 / 24°C