Nouveau revers pour l'énergie nucléaire au Japon

Un tribunal japonais a rejeté l'appel de l'opérateur de deux réacteurs atomiques dont le redémarrage a été bloqué à la mi-avril par la justice, a rapporté l'agence de presse Kyodo mardi. Il s'agit d'un nouveau revers pour le gouvernement pronucléaire de Shinzo Abe.

Un tribunal de la province de Fukui (centre), où sont implantées les tranches Takahama 3 et 4, a confirmé la décision prise en première instance. Selon les juges, les conditions ne sont pas réunies sur le volet parasismique pour autoriser ces unités à être remises en exploitation.

La compagnie exploitante, Kansai Electric Power, avait aussitôt contesté un jugement qualifié de "totalement inacceptable".

L'autorité de régulation nucléaire avait pourtant estimé en décembre, et confirmé en février, que ces deux réacteurs répondaient aux critères plus sévères imposés aux installations après la catastrophe de Fukushima en 2011.

Tous les réacteurs à l'arrêt
Ce couple de deux unités de Takahama était le deuxième à obtenir le certificat de sûreté, après les réacteurs 1 et 2 de la centrale Sendai (située dans le sud-ouest).

Dans le cas de Sendai, la justice a rejeté la demande d'interdiction de relance déposée par des citoyens antinucléaires. Une douzaine de Japonais ont cependant déposé une nouvelle requête pour tenter de stopper le processus.

Actuellement, plus aucun des 48 réacteurs de l'archipel, sans compter les six condamnés de la centrale Fukushima Daiichi, ne fonctionne par mesure de précaution. Cinq devraient être démantelés et le sort des 43 autres demeure une inconnue.

(ats / 19.05.2015 12h25)
News les plus lues