La Syrie intensifie ses raids contre les jihadistes de l'EI

Beyrouth - L'aviation syrienne a intensifié ses raids contre des places fortes du groupe jihadiste État Islamique (EI) ces dernières 48 heures au moment où son allié russe insiste auprès de l'Occident pour la mise en place d'une large coalition incluant le régime.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les chasseurs bombardiers ont effectué vendredi 25 frappes sur Palmyre (centre), aux mains de l'EI depuis le 21 mai.

Ils ont frappé plusieurs points de la ville faisant huit morts parmi les civils et un grand nombre dans les rangs des jihadistes, a affirmé cette organisation basée en Angleterre et qui dispose d'un large réseau de sources en Syrie.

Son directeur Rami Abdel Rahmane, a précisé que la grande majorité des civils avait quitté Palmyre.

La veille, l'aviation du régime avait frappé à au moins dix reprises Raqa et ses environs, fief de l'EI, faisant au moins 18 morts parmi les civils et les jihadistes.

Dans la ville d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, au moins 17 personnes ont été tuées vendredi dans de raids du régime, a rapporté également l'OSDH. Cette ville est contrôlée depuis fin mars par L'Armée de la Conquête, coalition regroupant Al-Nosra et d'autres groupes rebelles

Par ailleurs, cette coalition a mené neuf attentats à la voiture piégée contre des positions d'une milice prorégime à la périphérie des villages chiites de Foua et Kafraya, assiégés depuis deux ans par les rebelles, toujours selon l'OSDH.

Plus de 370 roquettes se sont abattues sur ces localités, les seules positions encore aux mains du régime dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, et de violents combats ont eu lieu à proximité du village de Foua.

Mardi, le président russe Vladimir Poutine a assuré que son pays soutenait le gouvernement syrien dans sa lutte contre l'agression terroriste(...) Nous lui avons proposé et nous continuerons de lui offrir une aide militaire technique, avait-il dit.

La Russie s'est également dite prête vendredi à étudier l'envoi de troupes en Syrie si le président Bachar al-Assad lui en faisait la demande, a affirmé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, tout en soulignant le caractère hypothétique d'une telle éventualité.

Les ministres de la Défense américain et russe, qui n'avaient encore jamais eu de contact direct, se sont par ailleurs parlés vendredi sur la Syrie, notamment sur la campagne contre le groupe Etat islamique, a indiqué le porte-parole du Pentagone Peter Cook.

(©AFP / 18 septembre 2015 21h57)
News les plus lues