Yémen: 14 soldats tués dans un attentat suicide revendiqué par l'EI

Aden - Un attentat suicide revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) a fait au moins 14 morts et des dizaines de blessés mercredi dans un camp militaire à Aden, grande ville du sud du Yémen où des organisations jihadistes agissent à visage découvert, selon un nouveau bilan.

Un homme a actionné sa ceinture d'explosifs au milieu de soldats rassemblés pour une séance d'entraînement dans un camp militaire supervisé par la coalition arabe qui opère au Yémen sous commandement saoudien, a déclaré à l'AFP une source militaire.

Les soldats yéménites visés étaient encadrés par des instructeurs du Soudan, pays membre de la coalition, a précisé une autre source militaire.

Au moins 14 soldats ont péri dans l'attentat et des dizaines d'autres ont été blessés, selon des sources médicales citant un bilan provisoire établi dans deux hôpitaux où les victimes ont été transportées.

Dans un communiqué signé par sa branche locale Wilayat Aden/Abyane, l'EI a revendiqué l'attentat et identifié le kamikaze comme étant Abou Issa al-Ansari. Selon l'EI, l'attaque a fait une vingtaine de morts et 60 blessés.

L'attentat a été commis au camp militaire Ras Abbas, près de Bureiqah, quartier résidentiel dans l'ouest d'Aden, indiqué la première source militaire, ajoutant que le kamikaze portait un uniforme de soldat au moment de l'attentat.

Pris de panique, certains soldats se sont enfuis du camp, parfois avec leurs armes, ont rapporté des témoins.

Le gouvernement yéménite reçoit une aide substantielle de la coalition qui est intervenue sous commandement saoudien en mars 2015. Mais il peine à sécuriser Aden, déclarée capitale provisoire du pays depuis sa reprise l'été dernier aux rebelles chiites Houthis, avec quatre autres provinces du sud.

Les attaques, revendiquées ou attribuées à des groupes jihadistes sunnites, contre des officiers de sécurité et des responsables gouvernementaux se sont intensifiées ces derniers mois à Aden.

Al-Qaïda et le groupe Etat islamique (EI) ont profité de l'effondrement de l'Etat en 2015 pour renforcer leur présence dans les régions du sud et du sud-est du Yémen.

Le 6 octobre dernier, l'EI avait revendiqué ses premières attaques à Aden, où le groupe jihadiste avait visé un hôtel, siège provisoire du gouvernement yéménite, et deux sites militaires de la coalition arabe qui le soutient. Le bilan s'était élevé à 15 morts, dont trois soldats émiratis et un saoudien.

Depuis 11 mois, le conflit au Yémen a fait plus de 6.100 morts, dont près de la moitié de civils, et environ 30.000 blessés, selon des estimations de l'ONU.

(©AFP / 17 février 2016 12h39)
News les plus lues