GB: la fracturation hydraulique autorisée pour la première fois depuis 2011

Londres - Des autorités locales britanniques ont autorisé lundi la société Third Energy à rechercher du gaz de schiste par fracturation hydraulique dans le Yorkshire, dans le nord-est de l'Angleterre, une première depuis cinq ans au Royaume-Uni.

Cette autorisation, qui porte sur un site de forage situé près du village de Kirby Misperton, est la première au Royaume-Uni depuis 2011 quand des tests menés dans le Lancashire (nord-ouest) avaient été considérés comme responsables de séismes mineurs dans la zone.

Elle a été votée par sept voix contre quatre par les élus du conseil du comté du North Yorkshire qui avaient reçu 4.375 objections à ce projet contre 36 demandes favorables.

Les opposants à la fracturation hydraulique ont tenté en vain de convaincre les autorités locales des conséquences désastreuses, selon eux, de cette technique sur l'environnement, le tourisme de la région et le réchauffement climatique.

Kyle Boote, le fondateur de la brasserie locale Helmsley Brewing Compagny, a dit craindre une contamination désastreuse de l'eau et un impact néfaste sur le tourisme local.

Le directeur général de Third Energy, Rasik Valand, a quant à lui fait valoir que Third Energy fore des sites, produit du gaz et génère de l'électricité en toute sécurité et en toute discrétion depuis plus de 20 ans dans le North Yorkshire, promettant de maintenir une approche responsable.

Le conseil du comté de North Yorkshire s'est dit, dans un communiqué, tout à fait conscient qu'il s'agit d'une proposition controversée mais a souligné que le pétrole et le gaz étaient des éléments clé pour la sécurité énergétique et que le projet pouvait contribuer à la croissance économique et fournir des emplois à la région.

Cette décision intervient après celle des autorités britanniques d'accorder en décembre 2015 une série de licences d'exploration pour la recherche d'hydrocarbures sur terre, notamment de gaz de schiste. Il s'agissait alors d'autorisation d'exploration et non de l'exploitation de gisements potentiels.

Les députés britanniques avaient également approuvé à la mi-décembre 2015 à une courte majorité la fracturation hydraulique dans des parcs nationaux, à l'issue d'un vote sans débat.

Le gouvernement du Premier ministre David Cameron cherche à encourager l'exploitation du gaz de schiste au Royaume-Uni, y voyant une potentielle source d'énergie bon marché à l'heure du déclin des champs pétrolifères de la mer du Nord.

Le procédé de fracturation hydraulique consiste à créer des fissures souterraines et y infiltrer un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques pour permettre l'extraction de gaz capturé dans la roche.

(©AFP / 23 mai 2016 21h27)