Avec la première usine française d'électrolyseurs, Areva H2Gen se veut un acteur mondial du secteur

Paris - La start-up Areva H2Gen a inauguré vendredi la première usine française d'électrolyseurs, aux Ulis (Essonne), avec l'objectif de se positionner comme un acteur mondial dans le domaine du stockage de l'électricité d'origine renouvelable via un hydrogène vert obtenu par électrolyse.

Avec la création de cette usine d'électrolyseurs, le tout jeune industriel Areva H2Gen apporte une solution technologique française innovante qui répond à la nécessité de stocker massivement l'énergie fournie par les énergies renouvelables, a indiqué l'entreprise créée en 2014 par Areva, Smart Energies et l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie).

Unique fabricant d'électrolyseurs sur le territoire français, Areva H2Gen a vocation à adresser un marché mondial en rapide évolution, a-t-elle ajouté dans un communiqué.

L'usine représente un investissement de 2,5 millions d'euros pour Areva H2Gen, qui emploie une vingtaine de personnes. L'entreprise, dont le carnet de commandes s'élevait à 10 millions d'euros en juin, a réalisé un chiffre d'affaires de 1 million d'euros en 2015 et entend quintupler ce montant cette année.

Les électrolyseurs d'Areva H2Gen utilisent une technologie (celle de l'électrolyse PEM, ou électrolyse par membrane échangeuse de protons) permettant la production d'hydrogène à partir d'eau et d'électricité issue du surplus de production des énergies renouvelables.

Leur capacité, actuellement de 100 kilowatts (kW) à 1 mégawatt (MW), pourrait atteindre plusieurs dizaines de MW à l'avenir, selon l'entreprise.

Après électrolyse, l'hydrogène est stocké et peut être utilisé sous forme solide, gazeuse ou liquide dans de multiples applications: production d'électricité, injection dans les réseaux de gaz naturel, mobilité des véhicules électriques à pile à combustible, ou encore usages industriels.

L'hydrogène, lorsqu'il est issu de l'électricité produite par les énergies renouvelables, est un vecteur d'énergie totalement décarboné, a souligné Areva H2Gen. L'entreprise a dit travailler sur la plus grosse station-service d'hydrogène à ce jour en Europe qu'elle prévoit de livrer avant fin 2016 à l'entreprise de traitement des déchets Braley à Rodez (Aveyron).

Contrairement aux hydrocarbures, l'hydrogène n'émet pas de CO2 lorsqu'il est utilisé. Mais jusqu'à présent, cet élément chimique est essentiellement obtenu à partir d'énergies fossiles, ce qui réduit son intérêt environnemental.

Dans une étude publiée mi-juin, le cabinet Sia Partners estimait que la France disposait d'acteurs de poids et d'entreprises bien positionnées dans les nouvelles applications de l'hydrogène, mais que leur déploiement restait faible sur le territoire.

mpa/fpo/az

AREVA

(©AFP / 24 juin 2016 15h02)