Feu vert de Berlin pour son tronçon d'un gazoduc russe controversé

Berlin - L'Allemagne a levé mardi les derniers obstacles à la construction et à l'exploitation dans ses eaux du gazoduc Nord Stream 2, un projet russe soutenu par Berlin mais critiqué au sein de l'Union européenne.

L'agence maritime et hydrographique allemande a approuvé, après une étude sur l'impact environnemental et commercial, la pose de 31 km de pipeline dans les fonds de la mer Baltique appartenant à la zone économique exclusive allemande, a indiqué un communiqué de l'agence.

"Nous sommes satisfaits que tous les permis nécessaires au tronçon allemand (...) aient été établis", a réagi dans un communiqué séparé Jens Lange, haut responsable de la société Nord Stream 2 AG.

Le projet controversé doit encore recevoir "dans les prochains mois" les autorisations finales de la Russie, de la Finlande, de la Suède et du Danemark, précise le communiqué de Nord Stream.

Au centre d'un important bras de fer entre Moscou et la Commission européenne, le projet Nord Stream 2 vise à doubler d'ici fin 2019 les capacités de son grand frère Nord Stream 1, et permettre à davantage de gaz russe d'arriver directement en Allemagne, via la mer Baltique, donc sans passer par l'Ukraine.

Gazprom justifie sa construction par la croissance attendue de la demande européenne dans les années à venir.

La chancelière allemande Angela Merkel a également estimé l'année dernière que ce projet titanesque de ne "présente pas de danger" et aidera à la "diversification des sources d'approvisionnement".

Ce feu vert allemand intervient après l'annonce lundi de l'expulsion massive de diplomates russes par des pays occidentaux, dont quatre d'Allemagne, après l'empoisonnement d'un ex-agent double au Royaume-Uni.

Il intervient aussi malgré les sanctions infligées à la Russie en raison du conflit en Ukraine et de l'annexion de la Crimée, et malgré l'opposition ferme de plusieurs Etats de l'UE, Pologne en tête.

dar/alf/ys

GAZPROM


(©AFP / 27 mars 2018 15h40)