Orano creuse légèrement sa perte en 2017, dans un marché difficile

Paris - Orano, société issue de la restructuration du géant Areva et recentrée sur le cycle du combustible nucléaire, a légèrement creusé sa perte au cours de l'année 2017, a-t-elle annoncé jeudi, dans un contexte de marché du nucléaire qui reste difficile.

La perte nette du groupe s'est creusée de 4,5% à 252 millions d'euros par rapport à l'exercice précédent, selon un communiqué.

L'excédent brut d'exploitation s'est quant à lui replié de 29,3% à 946 millions d'euros, en raison "principalement de l'impact de la réduction des volumes vendus".

Le chiffre d'affaires a atteint 3,9 milliards d'euros, en baisse de 10,8%.

Ces résultats, "en ligne avec les attentes" selon le texte, ont notamment été affectés par la restructuration du groupe.

"Ces résultats sont moins bons (...) que ceux de 2016, mais ils sont néanmoins satisfaisants, compte tenu du contexte de marché", a déclaré Stéphane Lhopiteau, directeur financier du groupe, lors d'une conférence téléphonique. "Leur baisse avait été anticipée, notamment en raison de la structure d'écoulement de notre carnet de commandes."

Le flux de trésorerie net des activités du groupe pour l'an dernier s'est établi à -1,1 milliard d'euros, mais Orano s'attend à le voir revenir dans le vert dès 2018.

Pour l'exercice en cours, il prévoit également une "résilience de l'excédent brut d'exploitation malgré un contexte de baisse modérée du chiffre d'affaires", indique le communiqué.

"L'environnent de marché dans lequel nous évoluons en cette année 2018 va continuer à être difficile", a expliqué M. Lhopiteau, qui a notamment évoqué la forte volatilité des cours de l'uranium en 2017.

Orano, dont la restructuration est désormais achevée, a mis en place un plan stratégique à l'horizon 2020 afin de retrouver un chiffre d'affaires en croissance et un flux de trésorerie net "durablement positif".

Celui-ci prévoit notamment de renforcer les activités du groupe dans les métiers de services et en Asie, zone dans laquelle elles devraient représenter 30% du chiffre d'affaires en 2020.

Les perspectives pour 2020 pourraient toutefois être revues en fonction de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) qui doit déterminer la trajectoire énergétique de la France pour la période 2019-2023. Le texte est attendu pour la fin de l'année.

Orano (ex-New Areva) est l'une des entités issues du sauvetage et de la réorganisation de l'industrie nucléaire française par le gouvernement.

L'entreprise, dont l'Etat est toujours actionnaire, s'est recentrée sur le cycle du combustible nucléaire: mines, enrichissement de l'uranium, recyclage des combustibles usés, logistique, démantèlement et ingénierie.

Pour se relancer, Orano a bénéficié d'un apport d'argent frais de 3 milliards d'euros au total: 2,5 milliards provenant de l'Etat français ainsi que 500 millions des sociétés japonaises Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) et Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

vac/soe/nas

ORANO

MITSUBISHI HEAVY INDUSTRIES


(©AFP / 29 mars 2018 08h35)