Abus post-11-Septembre: la justice protège les responsables de l'époque

Washington - La Cour suprême à Washington a jugé lundi que d'anciens hauts responsables américains ne pouvaient être poursuivis pour les détentions abusives qui se sont déroulées après les attentats du 11 septembre 2001.

Cette décision prise à la majorité de quatre juges contre deux --les autres magistrats s'étant récusés dans ce dossier-- est une victoire pour l'ex-ministre de la Justice John Ashcroft et l'ancien directeur du FBI Robert Mueller.

Ces hauts fonctionnaires gouvernementaux affirment, tout comme d'autres responsables de l'administration de George W. Bush, bénéficier d'une immunité les prémunissant contre une plainte les visant personnellement.

Dans le sillage des attaques ayant visé New York et Washington, les autorités américaines avaient interpellé et placé en détention plus de 750 immigrés, en se fondant parfois sur une simple dénonciation transmise à la police par un particulier.

Les plaignants disent avoir été ciblés car musulmans ou d'origine arabe, sans autre raison valable.

Ils ont relaté avoir été écroués à l'isolement, cantonnés plus de 23 heures par jour dans leur cellule minuscule, avoir été victimes d'insultes et d'abus physiques de la part des gardiens et privés de sommeil.

Arrêtés au prétexte d'un simple problème de permis de résidence ou attendant d'être blanchis de soupçons non précisés, ils ont ainsi été détenus pendant une durée de trois à huit mois selon les cas.

"Le juge (conservateur modéré) Anthony Kennedy, s'exprimant pour la majorité, a relevé que ce qui s'est produit concernant les détenus étrangers dans les jours ayant suivi le 11 septembre était +tragique+, mais que seul le Congrès pouvait autoriser des poursuites en dédommagement contre des responsables du gouvernement", a analysé le professeur Stephen Yale-Loehr, de la Cornell University Law School.

La Cour a par ailleurs "relevé que les tribunaux devaient être réticents à s'ingérer dans des décisions de l'exécutif sur des sujets de sécurité nationale", a-t-il ajouté.

Après avoir dirigé le FBI de 2001 à 2013, Robert Mueller a récemment été nommé procureur spécial chargé de l'enquête sur les soupçons d'entente en 2016 entre les autorités russes et l'équipe de campagne de l'actuel président américain Donald Trump.


(©AFP / 19 juin 2017 18h50)
News les plus lues