Aevis Victoria pénalisé par les coûts exceptionnels au 1er semestre

Zurich (awp) - L'exploitant fribourgeois de cliniques privées et d'hôtels de luxe Aevis Victoria a vu ses résultats au premier semestre impactés par les coûts de rénovation et la baisse des tarifs régulés. Le groupe a néanmoins confirmé ses objectifs pour l'ensemble de l'année, ainsi que le programme d'économies en cours.

Le groupe, qui détient 17 cliniques privées et cinq hôtels de luxe, s'est lancé dans la rénovation et l'agrandissement de plusieurs de ses établissements.

"Nous avons trois cliniques et un hôtel en rénovation. Le ralentissement de l'activité pendant les travaux a eu un impact sur l'activité, mais il est difficile de chiffrer les pertes d'exploitation", a indiqué vendredi à AWP l'administrateur délégué Antoine Hubert.

A Zurich, l'hôtel Eden au lac est fermé pour travaux depuis octobre 2017 et sa réouverture n'est pas prévue avant l'année prochaine. Les cliniques Villa im Park, en Argovie, Générale-Beaulieu, à Genève et Valère, à Sion, sont également partiellement en construction, notamment pour assurer la transition des soins stationnaires vers l'ambulatoire.

S'ajoute à cela un jugement du Tribunal fédéral sur le recours de certains hôpitaux contre la première révision des tarifs Tarmed qui a obligé Aevis Victoria à effectuer une correction de 4,3 millions de francs.

Face à ces charges, la société a inscrit sur les six premiers mois de l'année une perte nette de 1,6 million de francs, contre un bénéfice net de 12,2 millions un an plus tôt. En excluant les dépenses exceptionnelles, le résultat net serait ressorti en positif de 2 millions, a-t-elle précisé dans un communiqué.

La base de comparaison était particulièrement difficile, l'entreprise ayant profité au premier semestre 2017 d'apports exceptionnels résultant de la cession de ses participations dans diverses activités.

Le résultat d'exploitation (Ebit) a été divisé par trois à 5,9 millions, tandis que la marge opérationnelle a chuté de 4,3 points de pourcentage à 2,1%. Le chiffre d'affaires net a quant à lui baissé de 4,9% à 280,6 millions de francs.

La division Swiss Medical Networks, qui gère les cliniques privées, a vu ses recettes nettes reculer de 6,1% à 245 millions de francs, tandis que le bénéfice brut (Ebitdar) a chuté de 22,4% à 42,2 millions.

L'activité hôtelière Victoria-Jungfrau Collection a réalisé des ventes de 28,2 millions (-2%) et un Ebitdar de 3,9 millions (+18,2%).

Solution tripartite à Moutier

L'immobilier Swiss Healthcare Properties a enregistré un chiffre d'affaires en baisse de 1,4% à 3,9 millions et un Ebitdar quasiment stable à 24,9 millions. La valeur totale du portefeuille immobilier se situe à 1,2 milliard, en hausse de 1,4% sur un an.

Aevis Victoria a confirmé son programme de réduction des coûts, qui devrait permettre d'abaisser les charges d'exploitation d'environ 15 millions de francs. Ces mesures de restructuration auront un impact positif sur les résultats dès le second semestre, a assuré M. Hubert. Au total, le groupe comptera 135 équivalents temps plein en moins d'ici novembre comparé à l'année dernière.

Le groupe table cette année sur une croissance du chiffre d'affaires de 1% à 3% et une marge brute d'exploitation (Ebitda), hors chantiers de rénovation, en progression de 1 à 3 points de pourcentage, a indiqué M. Hubert.

Sa filiale Swiss Medical Netwok a parallèlement annoncé l'acquisition des centres de soin Medgate à Zurich et Soleure, qui totalisent 10 millions de francs de recettes annuelles.

En matière d'acquisition de cliniques, Aevis Victoria "est essentiellement tournée vers la Suisse, avec l'objectif de couvrir un maximum du territoire helvétique", a souligné Antoine Hubert.

Aevis Victoria a ainsi fait début septembre son entrée sur le marché bernois de la santé en reprenant les activités chirurgicales de la clinique Siloah, à Gümligen.

Le groupe a également signifié son intérêt pour l'Hôpital de Moutier, pour lequel l'Hôpital du Jura bernois (HJB) cherche un repreneur. "Nous avons exclu la possibilité d'acheter seul cet hôpital. L'option la plus intéressante serait une solution tripartite entre les cantons du Jura, de Berne et le privé", a souligné M. Hubert.

al/vj

(AWP / 14.09.2018 12h30)
News les plus lues