Afrique du Sud: 153 arrestations après des pillages à Soweto

Johannesburg - La police sud-africaine a annoncé vendredi avoir procédé à 153 arrestations après des pillages visant surtout des commerces tenus par des étrangers dans le township de Soweto, près de Johannesburg, alors que le président Jacob Zuma a appelé à un retour à l'ordre.

La plupart des personnes interpellées sont accusées de violence publique et vont être déférées vendredi devant la justice, a précisé le chef de la police provinciale, Lesetja Mothiba.

Une autre personne est accusée de meurtre, et 11 d'usage illégal d'armes à feu, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse vendredi matin.

Un calme relatif était revenu vendredi dans le célèbre township où vécurent un temps Nelson Mandela et Desmond Tutu, alors que d'importants renforts de police ont été déployés sur place, a noté Lesetja Mothiba.

Au moins 80 boutiques ont été pillées depuis qu'un commerçant somalien a tué un adolescent qui tentait de le cambrioler lundi soir, selon la police.

Depuis le forum de Davos en Suisse, le président Jacob Zuma a appelé vendredi à un retour à l'ordre.

Le président a ordonné au ministres chargés de la sécurité ainsi qu'aux autorités provinciales et locales (...) de travailler ensemble pour ramener la situation sous contrôle, a indiqué la présidence dans un communiqué.

Si la plupart des personnes interpellées sont âgées d'une vingtaine d'années, les forces de sécurités vont notamment surveiller les sorties des écoles, a indiqué le chef de la police, car de nombreux lycéens auraient participé aux pillages après les cours ces derniers jours.

De jeunes garçons voulaient voler un magasin. Le propriétaire a ouvert le feu et a tué l'un d'eux, a raconté à l'AFP le porte-parole de la police, Kay Makhubela. Cela a provoqué la colère des habitants, et c'est comme ça que tout à commencé.

Une deuxième personne a été tuée mercredi soir à Soweto, mais la police était encore incapable vendredi de dire dans quelles circonstances.

De violentes émeutes contre les étrangers avaient fait 62 morts en Afrique du Sud en 2008. La situation s'est nettement calmée depuis, mais des incidents sporadiques n'ont jamais cessé dans les townships, visant surtout des Bangladais, des Somaliens et des Ethiopiens, dont les magasins sont régulièrement pillés.

Les autorités sud-africaines ne pensent cependant pas les violences qui ont secoué Soweto cette semaine avaient un caractère particulièrement xénophobes.

Lesetja Mothiba a estimé que des jeunes drogués avaient profité de cette situation.

Ils s'intéressent à des objets spécifiques dans les boutiques: des cigarettes, des recharges téléphoniques et de l'argent, a-t-il insisté.

De nombreux objets, dont des réfrigérateurs et des provisions, ont été saisis lors des arrestations, a aussi noté le policier, alors que les télévisions sud-africaines ont surtout montré des gens ordinaires venus se servir de tout et n'importe quoi.

Un officier de police a également été arrêté après avoir été filmé alors qu'il sortait d'une boutique avec du papier hygiénique dans les mains.

(©AFP / 23 janvier 2015 12h29)