Attentat dans le Sinaï: Sissi accuse des "soutiens de l'étranger"

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a affirmé samedi que l'attentat-suicide ayant tué la veille 30 soldats dans le Sinaï s'est fait avec des "soutiens de l'étranger". L'armée a par ailleurs tué huit jihadistes dans des frappes aériennes, selon des responsables de sécurité.

Vendredi, un kamikaze a lancé sa voiture bourrée d'explosifs sur un barrage militaire près d'Al-Arich, chef lieu de la province du Nord-Sinaï. Trente soldats ont été tués et 29 blessés dans cette attaque, la plus meurtrière contre les forces de l'ordre depuis plus d'un an.

"Cette opération visant l'armée égyptienne a bénéficié de soutiens de l'étranger", a affirmé M. Sissi après une réunion avec le haut commandement de l'armée. Dès samedi matin, l'armée égyptienne a mené des frappes aériennes dans des zones du nord du Sinaï considérées comme des bastions jihadistes. Huit combattants ont été tués, selon des responsables de la sécurité.

Depuis que M. Sissi a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, l'Egypte est le théâtre d'attentats quasi-quotidiens visant les forces de sécurité. Ces attaques sont principalement revendiquées par des groupes jihadistes qui disent agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans de M. Morsi depuis son éviction.

Etat d'urgence
Défendant les performances des forces de l'ordre, le président a estimé que cette attaque visait à "briser la volonté du peuple égyptien (...) et de l'armée, le pilier de l'Egypte."

La réunion de M. Sissi avec le haut commandement de l'armée a conduit à la formation "d'un comité de hauts responsables de l'armée pour étudier les circonstances des récentes attaques terroristes dans le Sinaï et en tirer des leçons, afin de renforcer la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes dans tout" le pays, selon un communiqué de la présidence.

Après l'attaque de vendredi, les autorités ont décrété un Etat d'urgence de trois mois sur une partie du nord et du centre de la péninsule du Sinaï, dans un périmètre allant de la ville de Rafah, sur la frontière avec la bande de Gaza palestinienne, à la ville d'al-Arich.

(ats / 25.10.2014 18h27)