Bélarus: nouvelles arrestations de journalistes indépendants

Minsk - Au moins six journalistes ont été arrêtés mercredi au lendemain d'une première vague d'interpellations au sein de médias indépendants, accusés d'avoir utilisé sans abonnement les informations d'une agence de presse d'Etat, ont indiqué les autorités et les personnes visées.

Le rédacteur en chef du site d'informations Realt.by, Vladislav Kouletski, spécialiste du marché immobilier, et trois journalistes de cette publication ont été arrêtés par la police après une perquisition, a indiqué M. Kouletski à la radio RFE/RL.

Ils sont soupçonnés de s'être connectés aux services de l'agence de presse BelTA, contrôlée par l'Etat bélarusse, sans payer cet accès.

"Le Comité d'enquête est venu me chercher", a en outre annoncé sur Twitter Pavel Bykowski, correspondant bélarusse pour le service en langue russe du média allemand Deutsche Welle.

Son arrestation a été confirmée par les enquêteurs, qui ont également annoncé dans un communiqué celle d'un sixième journaliste, Alexeï Joukov, et des perquisitions dans les locaux des médias "Culture et Art" et AïTiVi pour les mêmes raisons.

Ces détentions font suite à celles de trois journalistes du site d'informations Tut.by et d'une journaliste de l'agence de presse BelaPAN, dont les médias sont soupçonnés eux aussi d'avoir utilisé sans payer les services de BelTA.

Si leurs médias sont reconnus coupables, les personnes arrêtées risquent jusqu'à deux ans de prison et une interdiction temporaire d'exercer leur profession, selon la loi bélarusse.

Un autre journaliste, travaillant pour l'hebdomadaire "Les Bélarusses et le Marché", a également été convoqué par la police pour la même raison, d'après sa rédaction.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé des actions "totalement disproportionnées au regard des accusations" et des "mesures d'intimidation à l'encontre de médias indépendants de référence".

Le Conseil de l'Europe a pour sa part appelé à une "enquête rapide et transparente" et à la libération des journalistes arrêtés.

Le porte-parole de la diplomatie bélarusse, Anatoli Glaz, a de son côté assuré que l'affaire n'était "nullement politique et n'a rien à voir avec la liberté de la presse".

Parallèlement, à Brest, dans l'ouest du pays, le blogueur et activiste Alexandre Kabanov a aussi été interpellé après avoir insulté un policier, selon une journaliste indépendante sur place.

Le Bélarus, dirigé d'une main de fer par le président Alexandre Loukachenko depuis 1994, maintient un contrôle constant sur les médias, durci notamment après des manifestations en mars 2017 qui ont mené à des centaines d'arrestations.

Le Bélarus figure à la 155e place au classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par RSF, qui y dénonce une "escalade de la répression" depuis 2017.

(©AFP / 08 août 2018 15h07)