BP s'associe à un grand négociant d'éthanol au Brésil

Londres - La major pétrolière BP et le négociant en sucre Copersucar ont annoncé jeudi qu'ils s'associaient pour gérer un vaste terminal d'éthanol dans l'Etat de Sao Paulo au Brésil.

"BP Biofuels et Copersucar se sont entendus pour former une co-entreprise qui possèdera et exploitera un terminal d'éthanol important au Brésil, afin de mieux approvisionner les marchés de carburant du pays en éthanol", ont-ils expliqué dans un communiqué.

Se présentant comme le principal négociant mondial en sucre et éthanol, le brésilien Copersucar était jusqu'à présent l'unique propriétaire et exploitant de ce terminal situé à Paulinia dans l'Etat de Sao Paulo (sud-est).

La britannique BP possèdera désormais 50% des parts de la coentreprise dédiée à ce terminal. Aucun montant n'a été communiqué concernant l'investissement réalisé.

"En fonctionnement depuis septembre 2014, le terminal de Paulinia compte dix réservoirs pouvant stocker au total 180 millions de litres d'éthanol et gérer un flux de 2,3 milliards de litres par an, avec des possibilités d'extension", soulignent les deux entreprises.

Elles ajoutent que ce terminal constitue un des coeurs du carburant du Brésil et est connecté à un important réseau d'oléoducs et de transport, avec un raccordement prochain au chemin de fer.

L'éthanol est un alcool fabriqué à partir de la biomasse qui est surtout ajouté à l'essence et utilisé comme biocarburant pour certains véhicules à moteur. Il peut être fabriqué à partir de blé, de maïs ou de betterave sucrière, mais au Brésil il est issu de la canne à sucre.

Ce combustible est largement utilisé au Brésil, où une majorité de ses véhicules roulent à l'éthanol ou à un mélange d'essence et d'éthanol. Le Brésil constitue le deuxième producteur mondial d'éthanol, derrière les États-Unis qui le fabriquent à partir du maïs.

En France aussi, le carburant contenant de l'éthanol se développe. En septembre, l'essence sans-plomb contenant jusqu'à 10% d'éthanol végétal (SP95-E10) est devenue la première essence utilisée (avec 38,5% de toutes les essences vendues en France), devant le traditionnel SP95 (36,8%), d'après la Collective du bioéthanol, qui rassemble les producteurs de bioéthanol carburant, issu de la culture de la betterave et des céréales.

pn/jbo/ggy

BP


(©AFP / 30 novembre 2017 12h10)