Bourse Zurich: accès de morosité généralisé dans les premiers échanges

Zurich (awp) - La Bourse suisse a débuté la séance de mercredi du mauvais pied, dans la foulée de la clôture négative des indices aux Etats-Unis mardi. Tribulations politiques en Italie, bisbille commerciale entre Pékin et Washington ou encore incertitudes autour d'une rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un semblent préoccuper les détenteurs de capitaux.

Sous nos latitudes, la performance de Julius Bär sur les quatre premiers mois de l'année ne parvenait pas à inverser la tendance.

Pour l'heure, seul la hausse du chômage en France au premier trimestre constitue l'unique donnée conjoncturelle à se mettre sous la dent. L'agenda comprend encore les indices allemand et européen des directeurs d'achat en mai, ainsi que l'inflation britannique en avril, rappelle Mirabaud dans une note matinale.

Les Etats-Unis feront le point dans l'après-midi sur le marché immobilier et le niveau des stocks de brut, avant la publication en soirée des minutes de la dernière réunion du comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve fédérale (Fed).

A 09h10, le Swiss Market Index (SMI) cédait 0,63% à 8880,08 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,76% à 1472,60 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,53% à 10'597,82 points. Sur les trente valeurs vedettes, seul Sonova (+0,4%) surnageait, au lendemain de la présentation des résultats annuels du producteur et distributeur d'aides auditives.

Julius Bär (-1,5%) figurait dans le bas du classement. Le gestionnaire de fortune a pourtant franchi pour la première fois de son histoire la barre des 400 milliards de francs de masse sous gestion et étoffé sa marge brute au cours des quatre premiers mois de l'année. Credit Suisse perdait aussi 1,5% et UBS abandonnait 1,1%.

Les poids lourds Nestlé (-0,4%), Novartis et Roche (-0,3% chacun) n'offraient qu'une molle résistance.

Vifor (-1,7%, lanterne rouge) ne profitait guère de la conclusion par sa coentreprise d'un accord de développement et de commercialisation sur un traitement expérimental contre le prurit associé à des défaillances rénales avec l'allemand Fresenius.

Sur le marché élargi, Cosmo (-14%) affrontait la déception des détenteurs de capitaux après un camouflet infligé par le gendarme américain des médicaments. La FDA exige des compléments d'information sur le bleu de méthylène MMX développé par le laboratoire transalpin, repoussant ainsi la date d'homologation pour ce produit de contraste destiné aux coloscopies.

Le producteur de composant électroniques Lem concédait 1,0%, après avoir pourtant comblé les attentes des analystes au terme de son exercice décalé 2017/18.

jh/lk

(AWP / 23.05.2018 09h30)
News les plus lues