Bourse Zurich: dans le rouge en fin de matinée, on attend la BCE

Zurich (awp) - La Bourse suisse continuait d'évoluer dans le rouge jeudi en fin de matinée, au lendemain du relèvement (attendu) des taux d'intérêt de la Fed, qui prévoit de continuer de resserrer sa politique monétaire d'ici à la fin de l'année. Le SMI était de nouveau sous les 8600 points. Les marchés attendent désormais avec nervosité la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) prévue en début d'après-midi. L'agenda des nouvelles d'entreprises reste clairsemé.

Mercredi, les principaux indices américains ont fini en légère baisse après l'annonce de la Fed. La Banque centrale américaine a relevé comme prévu ses taux d'intérêt pour la seconde fois de l'année et prévoit de le faire encore deux fois d'ici fin décembre pour parer à une surchauffe de l'économie américaine qui croît désormais à un rythme jugé "solide". Elle s'est aussi montrée plus optimiste dans ses prévisions de croissance et d'inflation pour 2018.

Après cette hausse d'un quart de point de pourcentage du taux directeur (0,25%) qui était attendue par les marchés, les taux évoluent désormais dans la fourchette de 1,75% à 2%. Cette décision implique que le coût des crédits auto, immobiliers et autres emprunts accordés par les banques aux consommateurs va augmenter prochainement.

Quant à la BCE elle pourrait lever un long suspense lors de sa réunion à Riga en Lettonie, en programmant la fin de son programme de soutien à l'économie, à moins que les menaces sur la zone euro ne l'incitent à différer sa décision.

Depuis des mois, les observateurs guettent avidement les modalités de sortie du "QE", les rachats de dettes lancés en 2015, préalable à une première remontée "bien après" des taux directeurs, aujourd'hui à leur plus bas historique.

Côté macroéconomique, le taux d'inflation en Allemagne a été confirmé à 2,2% en mai sur un an, en nette accélération par rapport à avril (+1,6%), selon les données définitives.

En France, les prix à la consommation ont augmenté de 2% en mai sur un an, 0,4 point de plus que le mois précédent, selon les chiffres définitifs. Sur un mois, les prix à la consommation ont augmenté de 0,4% en mai, après un ralentissement en avril (+0,2%).

Vers 10h45, le SMI cédait 0,73% à 8571,23 points, avec un plus bas à 8567,47 et un plus haut à 8600,86. Le SLI perdait 0,65% à 1437,94 points et le SPI 0,72% à 10'326,40 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seule Swisscom évoluait dans le vert.

Les plus gros perdants étaient Sonova (-2,2%), Nestlé (-1,5%) et Sika (-1,3%).

Roche (-0,8%) ne profitait pas d'une décision de l'Agence américaine des médicaments (FDA). Cette dernière a octroyé une extension d'homologation au médicament Avastin du groupe bâlois pour le traitement du cancer des ovaires. Le produit oncologique est désormais autorisé aux Etats-Unis pour traiter six différents types de cancers. Novartis cédait 0,5%.

A part Swisscom, Adecco (-0,03%) et UBS (-0,1%) résistaient le mieux.

HSBC a abaissé l'objectif de cours d'Adecco et a confirmé "buy". Selon l'analyste, le numéro un mondial du placement de personnel pourrait afficher une performance supérieure à la moyenne des attentes qui anticipe une croissance organique de 4,8% cette année et 4,3% l'an prochain.

Julius Bär cédait 0,2% et Credit Suisse 0,3%.

Au niveau du marché élargi Ceva (+2,4%) se faisait remarquer après des recommandations d'achat de la part de Berenberg, UBS et Morgan Stanley. Le titre affichait la deuxième meilleure performance, juste derrière Valartis (+2,6%).

De l'autre côté, Meyer Burger chutait de 3,5% après un abaissement de recommandation à pondérer, contre surpondérer auparavant, par la Banque cantonale de Zurich (ZKB). Les reproches de SIX concernant une infraction liées aux normes de présentation des comptes abreuvent encore une fois le flux de nouvelles négatives, après que la direction a récemment surpris le marché avec des prévisions prudentes pour l'année en cours, selon les analystes.

rp/lk

(AWP / 14.06.2018 11h30)
News les plus lues