Bourse Zurich: le SMI dans le rouge pour la dernière séance de la semaine

Zurich (awp) - La Bourse suisse a fini nettement dans le rouge vendredi. Le SMI a toutefois réussi à s'éloigner du plus bas du jour de matinée pour terminer au-dessus de la barre des 8700 points. Les investisseurs ont encore digéré les décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque nationale suisse (BNS).

A New York, Wall Street, reculait en matinée, les investisseurs s'inquiétant de la décélération de la croissance chinoise et européenne après la publication de données vendredi, tandis qu'un certain apaisement dominait dans la guerre commerciale Pékin-Washington.

Les ventes de détail, baromètre de la consommation des ménages, et la production industrielle, ont ralenti en novembre en Chine, un signe préoccupant pour l'économie du pays. "Les inquiétudes grandissent quant à un futur ralentissement de l'économie mondiale", ont résumé les analystes de Wells Fargo.

Le SMI a fini en recul de 1,15% à 8713,68 points, avec un plus bas à 8672,03 et un plus haut à 8755,76. Le SLI a cédé 1,19% à 1339,62 points et le SPI 1,16% à 10'175,98 points. Sur les 30 valeurs vedettes, Swisscom (+0,4%) est le seul gagnant du jour.

Continuant d'aligner de bonnes et de mauvaises séances, AMS (-8,1%) a terminé lanterne rouge. Swatch (-2,5%) et Dufry (-2,3%) complètent le trio des plus gros perdants.

Richemont (-2,0%) a mieux résisté que son concurrent biennois.

Dufry a décroché une concession pour exploiter pendant cinq ans un magasin à l'aéroport international de Koweït City.

Les bancaires n'ont pas non plus eu la faveur des investisseurs, Julius Bär (-2,1%) a nettement sous-performé l'indice, alors que Credit Suisse (-1,0%) et UBS (-0,8%) ont plus ou moins suivi la tendance du marché. Société Générale et LBBW ont abaissé l'objectif de cours de Credit Suisse après la journée des investisseurs. Le premier a confirmé "hold" et le second "buy". L'analyste allemand a salué le fait qu'à l'avenir, la banque va reverser au moins 50% de son bénéfice net aux actionnaires.

Givaudan (-0,5%) a annoncé prévoir l'acquisition prévue du spécialiste français des ingrédients naturels pour la parfumerie et l'aromathérapie Albert Vieille.

Dans le camp des poids lourds, Novartis (-0,6%) Nestlé (-1,1%) et Roche (-1,7%) n'ont pas échappé à la tendance. Merryll Lynch a relevé l'objectif de cours de Novartis et confirmé "buy". L'analyste anticipe des impulsions du côté de l'incubateur de produits en développement et salue la concentration d'activités jusqu'ici dispersées et dispendieuses sur le coeur de métier pharmaceutique. Morgan Stanley a repris la couverture à "equal weight" et objectif 88 francs. Le géant bâlois doit encore prouver qu'il est en mesure de passer d'un producteur de petites molécules au développement de thérapies plus complexes.

Merrill Lynch a aussi relevé l'objectif de cours pour Roche et confirmé "neutral". L'arrivée de nouveaux biosimilaires concurrents des moteurs de vente traditionnels constitue toujours un risque pour les revenus du groupe, a notamment commenté l'analyste. Morgan Stanley a repris la couverture à "overweight" et objectif 307 francs. L'analyste a salué l'innovant incubateur de produits, mais perçoit aussi toujours des risques dans la concurrence des biosimilaires.

Sur le marché élargi, GAM (-7,9%) a poursuivi sa descente aux enfers après la dégringolade de la veille, où le titre avait chuté de plus de 20% après que celui-ci a annoncé tabler l'année prochaine sur une importante perte et des suppressions de postes.

Autoneum (-29,5%, lanterne rouge absolue) a fait encore pire. L'équipementier automobile s'attend à voir ses résultats annuels pénalisés par les difficultés opérationnelles que connaît le groupe aux Etats-Unis. Vontobel et Kepler ont placé l'objectif de cours en révision, le premier confirmant "hold", le second annonçant aussi réviser sa recommandation "buy".

Santhera (-18,2%) a baissé, après avoir placé moins d'actions que prévu lors de son augmentation de capital.

Parmi les gagnants, Meyer Burger (+21,1%) a décroché une commande auprès d'un client non identifié pour 74 millions de francs. Le groupe thounois a aussi confirmé ses objectifs annuels en termes de ventes. La marge brute d'exploitation (Ebitda) en revanche est désormais attendue "dans le haut de la fourchette à un chiffre", contre "autour de 10%" précédemment. Seul Perfect (+29,2%) a fait encore mieux ce vendredi.

rp/vj

(AWP / 14.12.2018 18h15)