Bourse Zurich: les indices en léger repli en fin de matinée

Zurich (awp) - La Bourse suisse reculait mercredi en fin de matinée. Après quelques hésitations, les indices helvétiques ont fini par céder à la pression de données internationales plutôt négatives, avec des clôtures dans le rouge tant aux Etats-Unis qu'au Japon. En Suisse, les investisseurs avaient assez peu de nouvelles à se mettre sous la dent, à l'exception de Novartis, qui a fourni des précisions sur ses objectifs.

Aux Etats-Unis, le taux de rendement sur les bons du Trésor à 10 ans a franchi mardi un plus haut depuis juillet 2011. Les acteurs du marché craignent par conséquent une hausse de l'inflation et une accélération des relèvements des taux d'intérêt par la banque centrale américaine.

Au niveau macroéconomique, l'Union européenne (UE), l'Autriche et l'Italie donneront de nouvelles indications sur le renchérissement en avril.

Du côté des Etats-Unis, les investisseurs s'intéresseront aux mises en chantier de logements ainsi qu'à la production industrielle en avril.

Le Japon a enregistré un produit intérieur brut en repli au premier trimestre, après deux années de croissance ininterrompue. La consommation des ménages et les investissements des entreprises expliquent le revers enregistré par l'économie japonaise, qui devrait toutefois être temporaire, selon les analystes.

L'Allemagne a confirmé une inflation de 1,6% en avril et l'Italie a vu les commandes à l'industrie progresser de 2,6% en mars sur un an. En France, les créations d'entreprises sont restées stables.

L'Agence internationale de l'énergie a légèrement revu à la baisse sa prévision de consommation de pétrole pour l'année en cours.

Vers 10h56, le SMI lâchait 0,08% à 8987,18 points, toujours scotché sous la barre symbolique des 9000 points. Le SLI cédait 0,22% à 1485,29 points et le SPI 0,13% à 10'704,08 points. Sur les trente valeurs vedettes, 7 montaient, 18 reculaient et cinq étaient stables.

Novartis (stable) a annoncé des remaniements au sein de sa direction, notamment le départ du responsable juridique Felix Ehrat, qui quitte le groupe pharmaceutique en raison de l'affaire liée au cabinet Essential Consultants, détenu par Michael Cohen, l'avocat du président des Etats-Unis Donald Trump. Le géant pharmaceutique a également confirmé et précisé sa stratégie sur le moyen terme.

Roche (+0,5%) a annoncé que sa filiale nippone Chugai a obtenu des autorités sanitaires taïwanaises l'homologation pour son médicament Alecensa dans le traitement d'un type de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC). Le troisième poids lourd, Nestlé (-0,1%) s'inscrivait en repli.

Les bancaires essuyaient des replis importants. Credit Suisse (-1,4%) a annoncé une collaboration avec la société financière israélienne aMoon. Les clients du groupe zurichois, hors Canada et Etats-Unis, bénéficieront d'un "accès exclusif" à un fonds d'investissements. UBS (-1,2%) et Julius Bär (-0,9%) cédaient également à la pression.

Swiss Life (-0,5%) a nommé José Antonio Blanco responsable des investissements dans les activités de placement pour le compte de clients tiers.

Richemont (-0,1%) a lancé une nouvelle marque de montres Baume, plutôt dans le segment de prix inférieur.

Sonova (-2,9%), Dufry (-1,2%) composaient avec Credit Suisse le trio des plus grands perdants. A l'opposé, Lafargeholcim (+0,7%), Logitech (+0,6%) occupaient les deux premières marche du podium provisoire, avant Roche.

Sur le marché élargi, l'agrégateur d'offres de voyages en ligne Lastminute.com (+1,1%) a annoncé le succès de son offre partiel de rachat de ses propres titres.

Le nouveau venu à la Bourse Polyphor (-0,4%) perdait du terrain au lendemain de son introduction

ol/lk/jh

(AWP / 16.05.2018 11h31)
News les plus lues