Bourse Zurich: proche de l'équilibre en début de séance

Zurich (awp) - La Bourse suisse évoluait sur une note proche de l'équilibre mardi en début de séance, après une ouverture légèrement négative. Les indications préalables étaient un peu moins positives que la veille, le Dow Jones ayant cédé un peu de terrain. Les craintes liées à la décision du président Donald Trump d'imposer des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium ont pesé sur les valeurs industrielles comme Boeing et Caterpillar.

Après le froid, le président Trump a soufflé (un peu) de chaud avec l'envoi en Europe de son ministre du commerce pour discuter avec les représentants de l'UE de l'abolition des droits et barrières douanières.

Au niveau économique, on suivra l'évolution des prix à la consommation aux Etats-Unis en février. Après les bonnes données sur le marché de l'emploi de vendredi, les investisseurs espèrent pouvoir en déduire des indications sur l'évolution future des prix. Les observateurs rappellent qu'il y a quelques semaines, la crainte d'une hausse des prix avait déclenché ldes turbulences boursières.

En Suisse, la saison de résultats se poursuit avec Geberit pour les blue chips ainsi que les chiffres d'un grand nombre d'entreprises du marché élargi.

Vers 9h20, le SMI était stable à 8970,38 points (-0,36 point). Le SLI abandonnait marginalement 0,03% à 1470,37 points et le SPI 0,01% à 10'389,98 points. Sur les trente valeurs vedettes, quinze reculaient, deux étaient inchangées et treize montaient.

Geberit (+1,2%) venait largement en tête, précédant Kühne+Nagel (+0,5%) et Credit Suisse (+0,3%). Le fabricant d'installations sanitaires a enregistré une solide hausse de sa rentabilité en 2017. Dans la foulée, le dividende sera relevé de 4% à 10,40 CHF par titre. Le bénéfice net ajusté de l'acquisition de Sanitec a progressé de 3,5% à 604,2 mio CHF. Non ajusté, il s'est replié de 3,8% à 527,4 mio.

Julius Bär et UBS cédaient chacune 0,1%.

Adecco (+0,1%) a bouclé son programme de rachat d'actions de 300 mio EUR. Au total, 4,58 mio d'actions ou 2,68% du capital-actions ont été rachetées sur une seconde ligne de négoce au prix moyen unitaire de 78,83 CHF. Un nouveau programme de 150 mio EUR a d'ores et déjà été annoncé.

Dans le camp des poids lourds, Nestlé et Novartis prenaient chacun 0,1%, alors que Roche cédait 0,04%.

Aryzta (-1,4%) tenait la lanterne rouge. Trois analyses ont abaissé l'objectif de cours au lendemain de résultats semestriels sans surprise après l'avertissement sévère sur bénéfice de janvier dernier. Les recommandations s'étalent entre "sell" et "hold"

Les autres gros perdants étaient Lonza (-0,9%) et Logitech (-0,5%).

Richemont (-0,2%) a annoncé être en discussions avec l'italien Piquadro pour la vente de son unité Lancel (articles de cuir). Swatch perdait 0,4%.

Parmi les sociétés du marché élargi ayant publié leurs résultats, Rieter (-0,9%) a confirmé ses estimations de rentabilité opérationnelle publiées en janvier parallèlement à son chiffre d'affaires sur l'exercice 2017. Le bénéfice net a comme prévu senti passer le vent des restructurations. Le conseil d'administration proposera nonobstant aux actionnaires une rémunération stable de 5,00 CHF par action.

Huber+Suhner (-2,8%) a accusé l'an dernier un tassement marqué, bien qu'attendu, de sa rentabilité, en dépit d'une croissance sensible de ses recettes et surtout de ses entrées de commandes. L'excédent d'exploitation (Ebit) a fondu de 16,6% à 58,1 mio CHF et le bénéfice net a été amputé d'un bon cinquième à 42,1 mio CHF. Le conseil d'administration proposera aux actionnaires le versement d'un dividende de 1,10 CHF par action, contre 1,25 CHF au titre de 2016.

Galenica (+2,5%) a largement tenu ses promesses de rentabilité sur un exercice 2017 qui a été marqué par l'autonomisation de son laboratoire Vifor. L'excédent d'exploitation (Ebit), hors effet comptable lié à la caisse de pension, s'est établi à 148,2 mio CHF, contre 134,2 mio CHF sur une base comparable. Le groupe bernois a dégagé un bénéfice net de 124,4 mio CHF, étoffé de plus d'un tiers sur un an. Le conseil d'administration proposera aux actionnaires une rémunération de 1,65 CHF par action.

Tamedia (+4,8) a vu ses bénéfices s'étoffer au cours de l'exercice 2017, en dépit d'un chiffre d'affaires en léger recul, en raison notamment de la baisse des recettes dans la publicité imprimée. Le groupe de médias zurichois, qui a récemment repris la régie publicitaire Goldbach, affiche son intention de rivaliser avec les concurrents internationaux en termes de pénétration en Suisse en proposant à ses clients "une offre à 360 degrés".

BFW (pas traité), Gurit (-2,8%), Inficon (+2,0%) et Von Roll (-5,8%) ont aussi publié leurs résultats annuels.

rp/jh

(AWP / 13.03.2018 10h15)
News les plus lues