Brexit: Merkel a toujours "l'espoir" d'une sortie "ordonnée" de la Grande-Bretagne

Berlin - Angela Merkel a dit mercredi avoir toujours "espoir" qu'un terrain d'entente soit trouvé pour permettre une sortie "ordonnée" de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, mais prévenu que l'accord existant avec Londres ne serait pas modifié.

"J'ai toujours l'espoir que nous aurons une sortie ordonnée" du Royaume-Uni, a déclaré la chancelière devant les députés allemands.

Elle a ajouté que son gouvernement travaillait "avec intensité" en vue de parvenir à ce résultat.

Dans le même temps, "nous n'avons pas l'intention de changer à nouveau l'accord de sortie" déjà conclu "et donc il ne faut pas attendre que nous sortions avec de quelconques changements" du sommet de l'UE prévu jeudi sur le Brexit à Bruxelles, a-t-elle prévenu.

En conséquence, Berlin a aussi commencé "en parallèle" à adopter une série de législations pour se préparer à une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord, qui créerait un vide juridique.

Ces mesures visent notamment à octroyer une "sécurité juridique" dans plusieurs domaines, notamment la fiscalité, aux citoyens britanniques résidant de longue date en Allemagne et aux Allemands installés au Royaume-Uni.

Par ailleurs, le gouvernement allemand a adopté mercredi des mesures visant à amortir le choc du Brexit pour son secteur financier. Elles incluent en particulier un assouplissement du droit du travail national pour attirer les banques de la City tentées par une délocalisation à Francfort.

La cheffe du gouvernement britannique Theresa May joue mercredi son avenir politique en raison d'un vote de défiance organisé par son parti conservateur, nouveau coup de théâtre dans la saga du Brexit.

La Première ministre s'est mis une partie de son propre mouvement à dos avec l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles.

En raison du risque de voir ce texte rejeté par la chambre des députés, elle a repoussé sine die un vote prévu cette semaine et tente depuis d'obtenir des concessions de la part de l'UE, notamment sur les futures relations entre son pays et l'UE une fois le Brexit réalisé.

Les partisans les plus résolus du Brexit redoutent qu'avec l'accord en l'état le Royaume-Uni se retrouve durablement soumis aux règles de l'UE même après la sortie officielle du bloc.

(©AFP / 12 décembre 2018 13h09)