Bruxelles et Berlin évoquent une surtaxe européenne pour financer la gestion de la crise des migrants

Berlin - Le gouvernement allemand et la Commission européenne mènent des discussions concernant la création d'une taxe européenne exceptionnelle, destinée à financer la gestion de la crise des migrants, a rapporté samedi la presse allemande, une information toutefois démentie par Berlin.

Cette semaine, en marge de l'assemblée générale FMI-Banque mondiale, Berlin et Bruxelles ont évoqué lors d'échanges informels l'augmentation des ressources du budget européen grâce à un impôt spécial, qui pourrait prendre la forme d'une surtaxe sur les carburants ou sur la TVA, a écrit le journal sur son site internet.

Ce système serait inspirée du modèle de soutien Soli-Zuschlag des Allemands de l'Ouest envers ceux de l'Est depuis la Réunification en 1990.

Les sommes ainsi récoltées pourraient être versées à des pays comme l'Espagne, l'Italie, la Bulgarie ou la Grèce pour mieux sécuriser leurs frontières. Elles pourraient également être utilisées en dehors d'Europe, pour améliorer les conditions de prise en charge des migrants dans les pays sûrs en périphérie de l'Union ainsi que les conditions de vie dans leurs pays d'origine, selon le journal.

Ces informations ont depuis été démenties par Berlin: Le fait est que nous ne voulons ni augmentations d'impôts en Allemagne, ni l'introduction d'un impôt à l'échelon de l'Union européenne, a déclaré samedi matin à Berlin Steffen Seibert, le porte-parole du gouvernement allemand.

Berlin et Bruxelles sont à la recherche de nouvelles sources de revenus pour mettre en oeuvre des mesures visant à freiner l'afflux de migrants vers l'Europe, assure toutefois la Süddeutsche Zeitung.

Cette semaine, les arrivées de migrants se sont encore accélerées en Grèce, où elles atteignent désormais les 7.000 par jour. L'Allemagne pourrait, elle, devoir accueillir jusqu'à 1,5 million de personnes en 2015, un chiffre bien supérieur à ceux avancés par les autorités, a affirmé lundi le quotidien allemand Bild, citant un document confidentiel, des informations que le gouvernement n'a pas confirmées.

L'UE s'est engagée jeudi soir à aider davantage les pays de transit des Balkans occidentaux et les voisins de la Syrie, frappés par l'exode de réfugiés vers l'Europe, tout en leur demandant des contreparties, lors d'une conférence à Luxembourg avec des représentants de tous ces pays.

(©AFP / 10 octobre 2015 10h32)