Bruxelles rappelle la Hongrie à l'ordre sur la fourniture de gaz à l'Ukraine

Bruxelles - La Commission européenne a rappelé vendredi la Hongrie à son engagement d'approvisionner l'Ukraine en gaz, réagissant à la décision de l'opérateur hongrois de suspendre ses livraisons, comme le réclame la Russie.

Notre message est très clair: nous attendons de tous les Etats membres qu'ils facilitent les flux inversés permettant à l'UE de revendre à l'Ukraine du gaz acheté à la Russie, a déclaré une porte-parole de la Commission, Helen Kearns. Cela a été convenu par le Conseil européen pour garantir une sécurité énergétique partagée, a-t-elle rappelé.

Il n'y a rien qui empêche les compagnies européennes de disposer librement du gaz acheté à Gazprom (...) y compris en le vendant à des pays tiers dont l'Ukraine, a-t-elle insisté, alors que le géant gazier russe Gazprom a mis en garde l'UE contre de telles réexportations qu'il juge illégales.

Le gouvernement hongrois a justifié vendredi la suspension des livraisons à l'Ukraine, intervenue jeudi soir, par la nécessité d'augmenter les réserves de gaz, un autre engagement dont Bruxelles demande le respect par les 28.

Les livraisons hongroises ont été suspendues quelques jours après une rencontre à Budapest entre Viktor Orban et le président du géant gazier russe Gazprom, Alexeï Miller.

Ce coup d'arrêt est aussi intervenu quelques heures avant une réunion UE-Russie-Ukraine à Berlin pour tenter de régler le contentieux gazier entre Moscou et Kiev et garantir que l'UE pourra compter cet hiver sur le gaz russe. La Russie fournit 30% du gaz importé par l'UE, dont la moitié transite par l'Ukraine.

Dans le contexte de la crise ukrainienne, la Russie a arrêté en juin ses livraisons de gaz à l'Ukraine qui refuse la hausse des prix imposée par Gazprom et a accumulé, selon Moscou, 5,3 milliards de dollars d'impayés.

L'Ukraine, soutenue par l'UE, a tenté depuis de trouver des solutions, notamment en achetant du gaz à des opérateurs privés en Europe.

Les contrats en vigueur entre Gazprom et Européens ne prévoient aucune réexportation, a réitéré le ministre russe de l'Energie dans un entretien au quotidien allemand Handelsblatt, en appelant les Européens à respecter les contrats. C'est uniquement cela qui peut garantir des livraisons sans interruptions aux consommateurs européens, a-t-il menacé.

cb/jlb/pb

GAZPROM

(©AFP / 26 septembre 2014 13h51)