Canada: la justice suspend la construction de l'oléoduc controversé Trans Mountain

Ottawa - La Cour d'appel fédérale du Canada a suspendu jeudi le triplement de capacité de l'oléoduc controversé Trans Mountain, qui doit relier les champs pétroliers d'Alberta au port de Vancouver, au motif que ses conséquences sur l'environnement ont été mal évaluées.

Il s'agit d'un revers majeur pour le gouvernement de Justin Trudeau qui avait annoncé en mai la nationalisation de cet oléoduc "stratégique" afin de ne plus être uniquement dépendant des Etats-Unis pour exporter le pétrole canadien.

Saisie par les Amérindiens de la Nation Tsleil-Waututh de Colombie-Britannique (ouest), la Cour a ordonné jeudi la suspension du décret autorisant les travaux car, selon elle, l'Office national de l'Énergie qui l'a délivré a commis "une erreur cruciale" lors de son étude d'impact environnemental.

Cette agence fédérale régissant ce type de projets d'infrastructures "a de façon injustifiable défini la portée du projet de manière à ne pas inclure la circulation de navires-citernes connexe au projet", a déploré la juge Eleanor Dawson dans son jugement consulté par l'AFP.

Ainsi, l'étude d'impact environnemental sur l'agrandissement de l'oléoduc, menée par l'Office pour délivrer son décret, n'a pas pris en compte l'augmentation drastique du nombre de pétroliers qui navigueront sur le littoral de la côte pacifique canadienne pour exporter le pétrole acheminé par Trans Mountain.

"L'exclusion injustifiée du transport maritime de la portée du projet a mené à une succession de vices inacceptables entachant le rapport et les recommandations de l'Office", a tranché la magistrate.

Ce projet de 7,4 milliards de dollars canadiens (4,9 mds d'euros) du groupe américain Kinder Morgan est actuellement le seul pouvant à court terme permettre à l'industrie pétrolière de l'Alberta, troisième réserve d'or noir de planète, d'écouler sa production croissante alors que le réseau canadien d'oléoducs est saturé.

L'extension de l'oléoduc Trans Mountain doit tripler la capacité d'acheminement de pétrole produit des sables bitumineux de la province de l'Alberta vers le port de Vancouver, en la faisant passer de 300.000 à 890.000 barils par jour.

Le Canada extrait près de 4 millions de barils de pétrole par jour et 99% de sa production est écoulée à rabais aux Etats-Unis, faute d'accès à d'autres marchés, notamment ceux de l'Asie.

Or le projet est vivement combattu dans la province de Colombie-Britannique, d'où ce pétrole devrait être chargé sur des navires vers l'Asie, par les autorités locales, une coalition d'écologistes et des communautés autochtones qui viennent donc de remporter une importante victoire.

sab/et/AB

KINDER MORGAN INC.

(©AFP / 30 août 2018 15h37)