Catalogne: sécession dans 18 mois si les indépendantistes l'emportent

Madrid - Deux partis et les associations pilier du mouvement indépendantiste catalan ont signé lundi soir une feuille de route unitaire du processus souverainiste, dans laquelle ils s'engagent à faire sécession en 2017 si les indépendantistes l'emportent lors des élections régionales en septembre.

Le texte signé par Esquerra Republicana de Catalunya (ERC, gauche), Convergencia democratica de Catalunya (CDC, droite), les associations Omnium et ANC (Assemblée nationale catalane), de même qu'une association de maires indépendantistes (AMI), souligne le caractère plébiscitaire des élections du 27 septembre.

Ce scrutin, écrivent ses signataires, servira de mécanisme légal pour savoir quelle est la volonté du peuple catalan. Aussi, les programmes des candidats souverainistes doivent souligner que voter pour eux implique de se prononcer en faveur de l'indépendance, ajoutent-ils.

La feuille de route, qui devrait en principe être intégrée dans leurs programmes, prévoit qu'en cas de victoire les signataires élaboreront une Constitution et mettront en place les institutions nécessaires au fonctionnement du futur Etat.

Le processus de transition nationale en vue de la proclamation d'un nouvel Etat ou République catalane qui démarrera après les élections du 27 septembre, culminera au maximum après 18 mois, soit au printemps 2017, lit-on encore dans ce texte. Il prévoit, comme dernière étape, un référendum obligatoire sur le texte de la Constitution puis des législatives et enfin des négociations pour définir les nouvelles relations avec l'État espagnol et l'Union européenne.

Cette nouvelle feuille de route est mauvaise pour l'ensemble des Catalans et pour le reste des Espagnols, a réagi mardi Mariano Rajoy après avoir averti qu'aucun gouvernement n'autoriserait une rupture de la souveraineté de l'Espagne.

Elle rompt tous les liens qui nous unissent depuis longtemps et oblige de nombreux Catalans à ne plus être Espagnols et Européens, a-t-il ajouté.

Cet accord intervient après des mois de négociations entre partisans du président catalan Artur Mas, issu de Convergencia y Unio (alliant les partis CDC et Unio démocratica de Catalunya, de centre-droit) et ERC, le parti indépendantiste historique en Catalogne, qui voulait un processus encore plus rapide.

M. Mas a décidé de convoquer ces élections régionales anticipées, faute d'avoir pu mener à bien un référendum d'autodétermination, interdit par le Tribunal constitutionnel et au coeur d'un bras de fer avec Madrid.

Une partie des habitants de la Catalogne, représentant près de 20% du PIB espagnol et comptant 7,5 millions d'habitants sur 46,5 millions d'Espagnols, est de plus en plus tentée par l'indépendantisme, après des années de tensions avec le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy alimentées par sa politique fiscale et aggravées par la crise.

Un dernier sondage sur le sujet réalisé en février et mars montre que 39,1% des Catalans sont favorables à l'indépendance, 24% souhaite le statut quo et 26,1%, aimerait rester en Espagne, mais avec davantage de fédéralisme. Près de 7% ne savent pas ou ne répondent pas.

(©AFP / 31 mars 2015 15h20)