Catastrophe minière de Soma en Turquie: le PDG condamné à 15 ans de prison

Istanbul - Un tribunal turc a condamné mercredi à 15 ans de prison l'ex-PDG de la mine de Soma où 301 personnes ont été tuées en mai 2014 dans la plus grave catastrophe minière de Turquie.

Le verdict du tribunal d'Akhisar (ouest) contre l'ancien PDG Can Gurkan intervient à l'issue d'un procès qui a duré trois ans.

L'ex-directeur général de la mine Ramazan Dogru et l'ex-directeur technique Ismail Adali ont été condamnés à des peines de 22 ans et 6 mois. L'ex-directeur des opérations Akin Celik et l'ancien responsable technique Ertan Ersoy ont écopé de 18 ans et 9 mois de prison chacun.

Sur les 51 suspects jugés lors du procès, neuf autres ex-cadres ont écopé de peines de prison comprises entre six et onze ans.

Le président de la Compagnie des mines de Soma, qui possède la mine, Alp Gurkan, a été acquitté ainsi que 36 autres suspects.

Les prévenus étaient accusés d'avoir délibérément négligé la sécurité des mineurs au nom de la rentabilité.

Le verdict, jugé clément, a été dénoncé par les familles des victimes et l'opposition.

Ces peines sont bien en deçà de celles réclamées à l'ouverture du procès par les procureurs qui avaient demandé 25 ans de réclusion multipliés par le nombre des victimes pour chaque responsable jugé.

En signe de protestation, les familles des victimes et leurs avocats se sont retirés du tribunal et les services de secours ont dû être appelés après que plusieurs personnes se sont effondrées à cause du stress, selon l'agence privée DHA.

"La justice n'a pas fonctionné pour Soma et dans ce cas, la loi a, une fois de plus, été bafouée", a déclaré dans un communiqué Vali Agbaba, le vice-président du Parti républicain du peuple (CHP), principale formation d'opposition.

La mort des 301 mineurs avait alors soulevé des interrogations quant au respect des conditions de sécurité dans le secteur industriel en Turquie.

La Confédération des syndicats révolutionnaires de Turquie (DISK) s'est insurgée contre le fait que la justice a condamné les suspects pour "négligence" et n'a pas retenu des chefs d'inculpation plus graves à leur encontre.

"301 de nos camarades ont perdu la vie sous nos yeux à la suite d'un massacre", a déclaré la vice-présidente du syndicat Arzu Cerkezoglu.

"Ce ne sont pas des négligences ou une erreur. C'est un crime. Nous n'acceptons pas cette décision", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Selon le procureur, les mineurs ont été tués après avoir inhalé la fumée et les gaz toxiques de l'incendie déclenché par une pile de charbon laissée près d'un transformateur électronique.

Le président Recep Tayyip Erdogan, à l'époque Premier ministre, avait été mis en cause avec virulence pour avoir imputé le drame à la fatalité. "Les accidents sont dans la nature même des mines", avait-il lancé à Soma.

(©AFP / 11 juillet 2018 13h04)
News les plus lues