Centrales nucléaires: renforcement de tuyauterie dans plusieurs unités de production

Rennes - EDF procède au renforcement de la tuyauterie dans les stations de pompage de plusieurs unités de production d'électricité nucléaire afin de garantir leur résistance en cas de séisme et éviter un risque d'inondation, a annoncé mercredi l'opérateur dans un communiqué.

"Des investigations approfondies ont révélé des épaisseurs de métal sur certains tronçons des tuyauteries ne permettant pas de justifier leur tenue en cas de séisme équivalent aux séismes +de référence+", indique mercredi EDF dans son communiqué.

Les analyses ont mis en évidence "un risque d'inondation de la station de pompage pour vingt unités de production, rendant indisponible les deux circuits d'alimentation en eau du réacteur", poursuit le communiqué.

Concrètement, "pour neuf unités de production, les tuyauteries ont été renforcées". Il s'agit des unités suivantes: Belleville 1-2, Cattenom 3-4, Dampierre 1- 2, Golfech 1-2, et Saint-Laurent-des-Eaux B1.

"Pour cinq unités de production en cours d'arrêt, les renforcements de tuyauteries sont en cours et seront finalisés avant leur redémarrage". Ces travaux concernent: Chinon B3, Cruas 1, Dampierre 3, Nogent 1, Saint-Laurent-des-Eaux B2.

Enfin, "pour six unités de production en fonctionnement, un des deux circuits de refroidissement du réacteur a été sécurisé, ce qui garantit le fonctionnement de la centrale en toute sûreté même en cas de séisme. Les opérations de sécurisation du deuxième circuit de refroidissement sont en cours", précise EDF. Il s'agit de Cattenom 1-2, Chinon B4, Cruas 4, Dampierre 4, Nogent 2.

En conséquence, EDF a déclaré lundi à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), "un événement significatif de sûreté dit +générique+ car commun à vingt unités de production, classé au niveau 2 de l'échelle INES, échelle internationale de classement des événements nucléaires qui en compte 7. Les défauts à l'origine de cette déclaration n'ont eu aucun impact sur la sécurité des salariés ni sur l'environnement", assure l'opérateur.

Par ailleurs, "un événement significatif de sûreté de niveau 0 a été déclaré à l'ASN et les opérations de renforcement des tuyauteries concernées sont en cours" sur les 9 autres unités suivantes: Cruas 2-3, Paluel 3-4, Saint-Alban 1-2 et Tricastin 1-3-4.

Pour ces neuf unités, "la démonstration de tenue au séisme pouvait ne pas être garantie sur certaines tuyauteries sans risque d'inondation de la station de pompage et ni d'indisponibilité du système de refroidissement du réacteur en cas de séisme équivalent aux séismes +de référence+", indique encore EDF. L'unité de production n°2 de Paluel, en arrêt programmé prolongé, est en cours de contrôle, rapporte l'opérateur.

"Pour 28 autres unités de production, les contrôles effectués ont démontré l'absence de risque d'inondation de la station de pompage en cas de séisme équivalent aux séismes +de référence+".

Une centrale nucléaire dispose d'une station de pompage qui approvisionne en eau l'ensemble de l'installation grâce à l'eau de mer ou du fleuve avoisinant.

mcl/gvy/pb

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE


(©AFP / 11 octobre 2017 17h53)