Certaines mosquées et divers médias vont être fermés

La Tunisie a annoncé samedi la fermeture de mosquées et de divers médias liés aux islamistes radicaux. Cette décision a été prise suite à la mort de 14 militaires, mercredi, dans une région près de la frontière algérienne où une offensive est cours contre les extrémistes.

Le Premier ministre Mehdi Djomaa a décidé de fermer immédiatement toutes les mosquées qui ne sont pas sous le contrôle des autorités ainsi que les mosquées réputées avoir célébré la mort des 14 militaires, ont fait savoir ses services dans un communiqué.

Les stations de radio, chaînes de télévision et sites Internet qui publient des messages de groupes islamistes extrémistes seront également fermés.

Depuis l'attaque de mercredi, plus de 60 islamistes ont été arrêtés, précise le communiqué. Les noms des mosquées, des sites web ou des médias interdits n'a pas été précisé.

De nombreux combattants qui rejoignent les groupes djihadistes en Irak et en Syrie sont originaires de Tunisie, un des pays les plus laïques du monde arabe. Celui-ci fait face à une montée du radicalisme islamiste depuis la "Révolution de jasmin" de 2011 qui a chassé le dirigeant autocrate Zine ben Ali et ouvert la voie à la démocratie.

Depuis, une nouvelle Constitution a été adoptée et un gouvernement intérimaire a été mis en place après que le parti islamiste Ennahda a été contraint de quitter le pouvoir en raison de tensions avec le camp laïque qui avait participé à la chute de l'ancien régime.

(ats / 20.07.2014 07h54)