Chili : Codelco, premier producteur de cuivre au monde, réduit davantage la voilure

Santiago du Chili - L'entreprise d'État chilienne Codelco, plus importante productrice de cuivre au monde, a annoncé jeudi un nouveau plan d'économie de 574 millions de dollars, pour faire face à l'effondrement des cours mondiaux du métal rouge.

On va faire plus avec moins, a déclaré le président exécutif de l'entreprise, Nelson Pizarro, lors d'une conférence de presse.

Poursuivre la réduction des coûts est un devoir que nous avons envers le Chili, il en va de la viabilité de l'entreprise, a expliqué le dirigeant de la compagnie minière, qui produit environ 11% du cuivre mondial.

Ce nouveau plan d'économie représente une réduction de 11% des couts de production par rapport à l'an passé, passant de 1,38 à 1,25 dollars par livre, a-t-il précisé.

Au total, cette mesure doit permettre de passer de 5,21 milliards de dollars de coûts de production en 2015 à 4,63 milliards en 2016, selon les prévisions.

Ce nouveau montant vient s'ajouter aux économies de 1,2 milliards de dollars réalisées en 2015.

Les économies concerneront la consommation d'acier et d'électricité de l'entreprise, et une meilleure gestion du processus de production.

Ce plan base ses calculs sur un cours moyen de 2,20 dollars la livre et mise donc sur une hausse du cuivre durant les prochains mois.

Cette semaine, le métal rouge s'échangeait autour de 2 dollars la livre à Londres, loin des 4,5 dollars de 2011, au plus fort du boom minier, dans un contexte de faible demande de la Chine, premier acheteur mondial.

Pour faire face à la chute des cours, le groupe public chilien s'est lancé dans un vaste plan d'économies impliquant des réductions de postes (47 cadres et 350 superviseurs) et une révision à la baisse de son plan d'investissement sur les cinq prochaines années, de 25 à 21 milliards de dollars.

Fin 2015, M. Pizarro avait expliqué que le financement de Codelco pour la période 2015-2016 était assuré grâce à l'émission d'obligations pour 2 milliards de dollars et une recapitalisation par l'Etat à hauteur de 600 millions

(©AFP / 14 janvier 2016 19h59)