Clariant boucle 2017 en fanfare mais reste flou sur son avenir

(synthèse avec cours de clôture)

Zurich (awp) - Le chimiste de spécialités Clariant a bouclé un exercice 2017 mouvementé sur un bénéfice net en hausse marquée et des résultats supérieurs aux attentes du marché. Dans la foulée, le groupe de Muttenz va proposer un relèvement de la rémunération de ses actionnaires et confirme ses objectifs à moyen terme.

Toutefois, le communiqué de l'entreprise ne fait pas une seule mention à la fusion avortée avec l'américain Huntsman au cours de l'exercice écoulé ou à la reprise par le saoudien Sabic fin janvier de la participation de 24,99% jusqu'alors détenue par le véhicule d'investissement White Tale, au grand dam des analystes.

Au cours de l'année dernière, Clariant a vu ses ventes s'étoffer de 9% - tant en francs qu'en monnaies locales (ML) - pour atteindre 6,38 mrd CHF.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda), ajusté des effets exceptionnels, est ressorti à 974 mio CHF, soit 10% de mieux qu'un an plus tôt, pour une marge afférente de 15,3%, en hausse de 10 points de base (pb). L'évolution a été particulièrement réjouissante dans le segment des catalyseurs, où la marge déjà élevée a encore gagné deux points de pourcentage (pp) pour s'établir à 25,8%.

Le bénéfice net a bondi de 14,8% à 302 mio CHF. Les actionnaires se verront proposer lors de la prochaine assemblée générale un dividende de 0,50 CHF par action au titre de l'exercice écoulé, en hausse de 5 centimes par rapport au versement précédent.

La copie rendue par l'entreprise rhénane dépasse toutes les attentes en matière de recettes, et s'établit dans le haut de la fourchette des prévisions pour ce qui est de la performance opérationnelle. Le dividende est quant à lui conforme aux expectatives des analystes sollicités par AWP.

TRÉSORERIE GREVÉE PAR LA FUSION

Seul le flux de trésorerie opérationnelle, ramené à 428 mio CHF, après 646 mio en 2016, est resté en deçà des objectifs fixés par la direction. Interrogé mercredi par AWP, le directeur financier (CFO) Patrick Jany, a expliqué cette diminution par des effets exceptionnels liés au projet de fusion avec Huntsman, ainsi qu'à une immobilisation d'actifs nets supérieure en raison de la forte demande à l'approche de la fin de l'année.

La lutte à couteaux tirés que se sont livrée les dirigeants de Clariant et le remuant ex-actionnaire principal White Tale ne sera pas restée sans incidence financière sur les comptes du groupe, puisque les coûts liés à la transaction projetée et avortée se montent à plus de 50 mio CHF, selon le CFO.

Pour l'exercice en cours, le groupe ambitionne de croître en ML et d'améliorer son cashflow opérationnel, l'Ebitda et la marge correspondante, hors exceptionnels. Les objectifs à moyen terme ont également été confirmés, à savoir, une marge Ebitda comprise entre 16 et 19%, ainsi qu'un rendement du capital investi (ROIC) supérieur à la moyenne du secteur.

La communauté financière aura dû attendre la conférence de bilan pour en savoir un tout petit peu plus sur le futur du groupe après le rachat fin janvier par le chimiste saoudien Sabic des près de 25% détenus par White Tale.

PAS DE RACHAT PAR SABIC

Le directeur général (CEO) Hariolf Kottmann a une nouvelle fois qualifié Sabic "d'investisseur de référence stratégique" et mis en avant la convergence des visions stratégiques. A cet effet, les deux groupes ont signé un protocole d'accord, dont une des clauses prévoit le renoncement de Sabic à faire main basse sur Clariant.

Un accord écrit final entre les deux entreprises est prévu pour le début de l'été, une fois que les autorisations réglementaires seront sur la table, a poursuivi le patron du chimiste rhénan. Quant à savoir si cela signifiera également un remaniement du conseil d'administration, le CEO veut d'abord attendre que le contrat soit signé.

Les analystes ont salué en choeur la performance de Clariant, qualifiée tour à tour de "saine" par Bernstein, "solide" par UBS et "satisfaisante" par Kepler Cheuvreux. Revenant sur la progression de la rentabilité opérationnelle, Vontobel rappelle que le consensus s'attendait au contraire à une contraction de 10 pb de la marge Ebitda.

L'expert de Kepler Cheuvreux estime que le marché croit actuellement que les intentions de Sabic sont bien celles martelées lors de l'annonce du rachat des actions de White Tale. Mais à l'instar de plusieurs de ses confrères, il doute qu'à moyen terme les Saoudiens soient disposés à se contenter d'une participation minoritaire, jugeant plus plausible un rachat en bonne et due forme du chimiste bâlois.

A la Bourse, l'action Clariant, a terminé en baisse de 2,41% à 24,34 CHF, dans un SLI en hausse de 1,57%.

buc/jh/rp

(AWP / 14.02.2018 17h42)
News les plus lues