Congo: les conditions d'organisation du référendum ne permettent pas d'en apprécier le résultat

Paris - La France estime que les conditions dans lesquelles le référendum constitutionnel au Congo dimanche a été organisé ne permettent pas d'en apprécier le résultat, a indiqué mardi la présidence française dans une réaction transmise aux agences de presse.

La France prend note des résultats du référendum en République du Congo. Les conditions dans lesquelles ce référendum a été préparé et organisé ne permettent pas d'en apprécier le résultat, notamment en terme de participation, selon la présidence.

Le référendum sur l'adoption d'une nouvelle Constitution qui permet au président Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016 a été approuvé par 92,96% des voix et avec un taux de participation de 72,44%, selon des résultats officiels annoncés mardi, et aussitôt dénoncés par l'opposition comme une tricherie.

Avant le scrutin, le président français François Hollande avait souhaité que les constitutions soient respectées et que les consultations électorales se tiennent dans des conditions de transparence incontestables.

L'opposition congolaise a appelé mardi à la désobéissance civile pour faire obstacle à ce texte.

Le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (Frocad), une des deux principales plateformes de l'opposition au référendum ayant qualifié cette consultation de coup d'Etat constitutionnel, avait jugé lundi que la participation n'avait pas dépassé 10%.

Le projet de constitution soumis au référendum fait sauter les deux verrous interdisant à M. Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat présidentiel en 2016 : la limite d'âge et celle du nombre des mandats.

(©AFP / 27 octobre 2015 17h33)