Coptes décapités en Libye: la mission de l'ONU condamne un acte terroriste

Tripoli - La Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) a condamné fermement la décapitation de chrétiens égyptiens en Libye annoncée dimanche par la filiale libyenne du groupe Etat islamique (EI), évoquant un crime terroriste qui doit être dénoncé par tous les Libyens.

La Manul condamne fermement l'assassinat de ressortissants égyptiens en Libye aux mains des terroristes de l'EI. Ce crime terroriste (...) doit être rejeté et dénoncé par tous les Libyens, a ajouté la mission dans un communiqué.

La mission exhorte les parties prenantes libyennes à travailler ensemble pour apporter la paix dans leur pays afin d'empêcher les groupes terroristes de profiter du chaos politique et sécuritaire pour prendre de l'ampleur dans leur pays.

De son côté le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a condamné un acte terroriste et a exprimé sa solidarité avec ses frères égyptiens, affirmant que ces opérations terroristes n'affecteront pas les relations entre les deux pays.

Dans un communiqué, le Parlement a décrété un deuil de trois jours et a appelé la communauté internationale à se solidariser avec la Libye pour lutter contre le terrorisme.

Le groupe EI a diffusé dimanche une vidéo montrant la décapitation d'hommes qu'il présente comme des Egyptiens de confession chrétienne copte récemment kidnappés en Libye.

La Libye est plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, les autorités ne parvenant pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi face à une armée et une police régulières divisées et affaiblies.

La situation s'est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles et une escalade de violences dans l'est comme dans l'ouest du pays.

Et depuis quelques semaines, la Libye est le théâtre d'une série d'attaques revendiquées ou attribuées à l'EI, comme celle perpétrée le 27 janvier contre l'hôtel Corinthia au coeur de la capitale libyenne, qui s'est soldée par la mort de neuf personnes dont cinq étrangers et a été revendiquée par le groupe jihadiste.

(©AFP / 16 février 2015 02h01)