Crise ukrainienne: le cercle vicieux de la militarisation et des sanctions doit cesser

Saint-Pétersbourg - Le cercle vicieux de la militarisation et des sanctions économiques causé par la crise ukrainienne doit cesser, a estimé vendredi le Premier ministre grec Alexis Tsipras aux côtés de Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg.

La crise en Ukraine a ouvert une nouvelle source de déstabilisation au coeur de l'Europe et (...) a ouvert un nouveau cycle d'une guerre froide obsolète qui nous a conduit à un nouveau cercle vicieux de rhétorique agressive, de militarisation et de sanctions économiques, a déclaré le chef du gouvernement grec lors du Forum économique international organisé à Saint-Pétersbourg.

Ce cercle vicieux doit s'arrêter le plus vite possible, a-t-il poursuivi.

Critique de longue date des sanctions économiques décrétées par Bruxelles contre Moscou, M. Tsipras s'exprimait aux côtés de Vladimir Poutine qu'il rencontre pour la deuxième fois en moins de trois mois. Leur rencontre survient alors que les 28 pays membres de l'Union européenne se sont mis d'accord pour prolonger lundi prochain ces sanctions jusqu'en janvier 2016.

Il a expliqué sa présence par le déplacement du centre de gravité de la planète et par le fait que le monde actuel est de plus en plus multipolaire.

Engagé avec un intense bras de fer sur la dette avec ses créanciers pour éviter un défaut de paiement, le Premier ministre de gauche radicale a appelé l'Union européenne à retrouver le chemin de la solidarité de la démocratie, et de la justice sociale.

Vendredi matin, le gouvernement grec a signé à Saint-Pétersbourg un accord prévoyant la construction d'un gazoduc russe en Grèce entre 2016 et 2019, qui sera financé par un prêt russe de deux milliards d'euros.

(©AFP / 19 juin 2015 14h52)