Devises: l'euro baisse face au dollar après les ventes de détail américaines

Londres (awp/afp) - L'euro baissait vendredi face à un dollar revigoré par la hausse des ventes de détail aux États-Unis en octobre, tandis que la monnaie unique restait lestée par des inquiétudes sur la santé de la zone euro.

Vers 14H00 GMT (15H00 HEC), l'euro valait 1,2412 dollar, contre 1,2476 dollar jeudi vers 22H00 GMT.

L'euro progressait face à la monnaie nippone, à 144,87 yens - grimpant même vers 10H00 GMT à 145,06 yens, son niveau le plus élevé depuis début janvier 2014 - contre 144,42 yens jeudi.

Le dollar aussi montait face à la devise japonaise, à 116,72 yens contre 115,75 yens la veille. Le billet vert a atteint vers 13H35 GMT 116,82 yens, un sommet depuis mi-octobre 2007.

Les cambistes digéraient vendredi l'annonce d'une croissance légèrement meilleure qu'attendu au troisième trimestre en France, le produit intérieur brut ayant progressé de 0,3% par rapport au deuxième trimestre, selon une première estimation.

L'Allemagne, première économie de la zone euro, a pour sa part échappé de justesse à la récession, avec une progression de 0,1% de son PIB au troisième trimestre par rapport au précédent, selon un chiffre provisoire publié vendredi et conforme aux attentes.

Pour Angus Campbell, analyste chez FxPro, ces chiffres "sont de timides signes du fait que le pire est peut-être passé pour la zone euro".

Pour l'ensemble de l'Union monétaire, le PIB s'est inscrit en hausse de 0,2% au troisième trimestre selon une première estimation un peu meilleure qu'attendu, tandis que l'inflation a connu une légère accélération en octobre, pour s'établir à 0,4% après avoir atteint en septembre son plus faible niveau depuis cinq ans, à 0,3%, selon une seconde estimation.

Mais les cambistes restaient tout de même prudents alors que l'Italie est restée en récession sur les trois mois de juillet et septembre, avec un recul de 0,1%.

De plus, comme le faisait remarquer Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, "la divergence des politiques monétaires de la Fed (Réserve fédérale américaine) et de la BCE (Banque centrale européenne) implique que la monnaie unique ne peut s'apprécier que faiblement avant de nouveaux mouvements de ventes".

L'euro avait en effet amorcé un rebond jeudi, mais restait sous la pression des inquiétudes persistantes sur la santé économique de la zone euro, qui pourraient pousser la BCE à agir de nouveau pour stimuler la reprise.

L'horizon conjoncturel en zone euro reste ainsi sombre avec des perspectives de croissance et d'inflation revues à la baisse, selon la dernière édition, publiée jeudi, d'un sondage mené chaque trimestre par la Banque centrale européenne auprès d'économistes.

Dans un marché dans l'ensemble peu animé depuis le début de la semaine en l'absence de grandes nouvelles économiques, le dollar profitait vendredi de l'annonce d'une hausse des ventes de détail en octobre, de 0,3% par rapport à septembre, mois où elles avaient baissé pour la première fois en sept mois.

Ces chiffres "vont apporter un grand soulagement aux observateurs après les mauvais chiffres de septembre", notait Dennis de Jong UFX.com.

"Même si ces chiffres ne sont pas fabuleux, la hausse robuste a renversé le repli des mois précédents et reflète un optimisme grandissant au sein de la plus grosse économie mondiale", expliquait M. de Jong.

Les cambistes attendaient les chiffres du moral des ménages américains établi par l'Université du Michigan.

Les investisseurs avaient pris acte jeudi de l'augmentation plus forte que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage, même si elles restent sous la barre des 300.000 nouvelles demandes d'allocations.

De son côté, le yen perdait du terrain face au dollar et à l'euro dans l'attente lundi des chiffres du PIB au Japon pour le troisième trimestre.

Les investisseurs étaient d'autant plus attentifs à ces données que le contexte politique est incertain dans le pays du fait de rumeurs sur un retard de l'entrée en vigueur d'une hausse de la taxe sur la consommation et l'annonce des élections anticipées.

Enfin, les investisseurs restaient attentifs aux tensions géopolitiques en Ukraine, Londres menaçant Moscou de nouvelles sanctions si la Russie ne s'engage pas à résoudre le conflit en Ukraine.

Vers 14H00 GMT, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie unique européenne, à 79,45 pence pour un euro, après avoir atteint vers 10H00 GMT, 79,56 pence pour un euro, son plus bas niveau depuis un mois. La devise britannique baissait face au dollar, à 1,5608 dollar pour une livre -- son plus bas niveau depuis début septembre 2013.

La devise suisse restait quasi stable face à l'euro, à 1,2016 franc pour un euro, après avoir atteint vers 13H35 GMT 1,2012 franc, un plus haut depuis début septembre 2012. La devise suisse reculait face au dollar, à 0,9679 franc pour un dollar.

La devise chinoise a terminé à 6,1300 yuans pour un dollar, son niveau de clôture le plus faible en un mois, contre 6,1261 yuans la veille.

L'once d'or a fini à 1154 dollars au fixing du matin, contre 1161,75 dollars jeudi soir.

Cours de vendredi Cours de jeudi

14H00 GMT 22H00 GMT

EUR/USD 1,2412 1,2476

EUR/JPY 144,87 144,42

EUR/CHF 1,2016 1,2019

EUR/GBP 0,7945 0,7943

USD/JPY 116,72 115,75

USD/CHF 0,9679 0,9633

GBP/USD 1,5608 1,5708

afp/rp

(AWP / 14.11.2014 15h37)