Drame minier en Turquie: lourd bilan et deuil national

Les secouristes continuaient mercredi de retirer victimes et blessés d'une houillère turque où a éclaté un incendie mardi. Le bilan de la catastrophe, encore provisoire, fait état de plus de 245 tués. Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui s'est fait prendre à partie sur place, a décrété un deuil national de trois jours.

L'accident a également blessé 80 personnes, dont quatre grièvement. Plus d'une centaine de mineurs seraient encore piégés dans la mine, à Soma, à 120 kilomètres au nord-est d'Izmir. Un membre dirigeant, qui se trouve sur place, a souligné que le bilan définitif pourrait atteindre 350 tués.

Selon le ministre de l'Energie, Taner Yildiz, 363 mineurs ont été sauvés dans la mine où une explosion a eu lieu mardi après-midi provoquant un incendie. "Nos espoirs diminuent de plus en plus" pour retrouver des survivants", a indiqué M. Yildiz.

L'incendie, intervenu mardi après 15h00 (14h00 en Suisse), continuait en sous-sol. Ce qui gêne les opérations de secours, a dit le ministre.

L'explosion à Soma a eu lieu au moment du changement d'équipes, ce qui laisse planer une certaine incertitude sur le nombre exact de mineurs qui se trouvaient dans la mine. Le ministre de l'Energie a évoqué mardi soir le nombre de 787.

Manifestations de colère

Le chef du gouvernement a annulé une visite en Albanie prévue ce mercredi pour se rendre sur les lieux de la catastrophe. Le président turc Abdullah Gül a de son côté annulé un voyage en Chine prévu jeudi afin d'aller lui aussi à Soma.

Plusieurs dizaines d'habitants en colère ont manifesté à Soma contre le Premier ministre, l'appelant à démissionner, a indiqué une agence de presse turque. Des manifestants s'en sont pris à son véhicule officiel malgré un dispositif policier, lui donnant des coups de pieds, selon l'agence.

La police a elle fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau à Ankara et Istanbul contre des manifestants qui mettaient en cause le gouvernement.

Le ministère du Travail a déclaré mardi soir que ses inspecteurs avaient effectué régulièrement des visites dans la mine de Soma. La dernière date du mois de mars et aucune irrégularité n'avait alors été notée.



(ats / 14.05.2014 20h53)